Saha.ma

2019-Novel Coronavirus : épidémie ou pandémie ?

Chine, Hong Kong, Macau, Taiwan, Australie, Cambodge, Canada, France, Allemagne, Japon, Malaisie, Népal, Sri Lanka, Singapour, Thaïlande, Etats Unis d’Amérique et Vietnam : 18 pays touchés par le virus à ce jour et ce  depuis la déclaration par la chine des premiers cas d’infection par le Coronavirus du Wuhan.

En examinant  la carte qui traduit la propagation du virus à travers le monde, on serait tenté d’affirmer que le virus se transmet assez rapidement d’un pays à l’autre. Certains spécialistes craignent même que cette simple épidémie se transforme en contagion plus importante et que l’OMS déclare une Pandémie du Coronavirus du Wuhan.

Par ailleurs d’autres scientifiques se déclarent plus rassurants. C’est le cas notamment de  Pierre-Yves BOËLLE Professeur épidémiologue à Sorbonne Université. Bien qu’il déclare que personne n’est protégé contre cette maladie puisqu’elle émerge (elle est nouvelle), il rassure en déclarant que la capacité de propagation du virus n’est pas alarmante pour le moment. Il argumente ses affirmations par le fait que les indices de la capacité de propagation du virus ne sont pas alarmants pour autant et demeurent dans la limite tolérable. En effet, le taux d’amplification de la maladie dont l’indice serait compris entre 2 et 3, valeur comparable d’après le Professeur français, à celle enregistré par le SRAS (Syndrôme Respiratoire Aigu Sévère) causé en 2003 par une autre souche de coronavirus et qui s’est finalement révélée peu contagieuse.

Pr. BOËLLE affirme également que la vitesse de transmission du virus serait de 8 à 10 à jours, une valeur qui impliquerait une progression relativement lente de la maladie et qui devrait permettre aux autorités sanitaires compétentes  de mettre en place les mesures de prévention et de contrôle et d’endiguer rapidement l’épidémie.

Peut-on guérir du virus ? Comment endiguer l’épidémie ?

Après confirmation de l’infection, la prise en charge médicale des malades s’attaque aux seuls symptômes déclarés, car il n’existe pas de traitement spécifique ni de vaccin pour le moment. Les médecins se limitent pour l’instant à soigner les personnes infectées en traitant les symptômes de la maladie (fièvre, difficultés respiratoires, …etc).

Par ailleurs, la prévention passe par une sensibilisation des médecins ainsi que des voyageurs, notamment dans les aéroports. En cas de symptômes, les malades de retour de voyage en Chine doivent impérativement entrer e contact avec les services sanitaires compétents.  Pour éviter le risque de contagion, le recours aux urgences hospitalières ou à une consultation médicale en ville est à proscrire. En parallèle à ces dispositions préventives, les scientifiques sont à pied d’œuvre pour mettre au point un vaccin dans les meilleurs délais et élaborer le traitement médicamenteux adéquat.

Dr. Issam BADREDDINE

Expert en Environnement et Développement Durable

À lire aussi
commentaires
Loading...