عربية

Cancer du sein, maladie au couleur de « l’espoir »

Cancer du sein, maladie au couleur de « l’espoir »
Octobre rose qui vient casser l’esprit mélancolique au couleurs brun- doré de l’automne, symbole de lutte contre le cancer du sein
  OCTOBRE ROSE : Un mois au couleur bonbons, octobre rose qui vient casser l’esprit mélancolique au couleurs brun- doré de l’automne, symbole de lutte contre le cancer du sein, un ruban rose décore le torse des femmes et des hommes, et même des enfants luttant pour la cause féminine pour combattre cette chimère abominable.  Selon l’organisation mondial de la santé, chaque année près de 1,38 million de nouveaux cas et 458 000 décès dus au cancer du sein.  Le cancer du sein est de loin le premier cancer chez la femme à la fois dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. L’incidence du cancer du sein progresse régulièrement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire du fait d’une plus longue espérance de vie, de l’augmentation de l’urbanisation et de l’adoption des modes de vie occidentaux. À l’heure actuelle, on ne dispose pas de connaissances suffisantes sur les causes du cancer du sein, aussi le dépistage précoce de la maladie reste le principal moyen de lutter contre la maladie. "Lorsque le cancer du sein est dépisté à un stade précoce, et si un diagnostic et un traitement appropriés sont disponibles, il y a de fortes chances qu’il puisse être soigné. À l’inverse, s’il est dépisté tardivement, il est fréquent que le traitement curatif ne soit plus possible. Dans de tels cas, les soins palliatifs, qui permettent de soulager la souffrance des patients et de leurs familles, sont nécessaires", précisent les spécialistes.  A noter aussi que la majorité des décès sont enregistrés dans les pays à revenu faible ou intermédiaire par ce que  la plupart des femmes atteintes d’un cancer du sein sont diagnostiquées très tardivement. Et c'est  essentiellement à cause de l’absence d’information sur le dépistage précoce et de l’accès insuffisant aux services de santé. Un ruban rose au fils d’or....le revers de la médaille Le sein symbolise la femme, l’amour, la maternité. Comment expliquer l’engouement des marques pour cette cause ?. Léa Pool, réalisatrice et productrice canado-suisse qui a réalisé le documentaire “L’industrie du ruban rose” indique que c'est malheureux à dire, mais ça se vend mieux. "C'est privilégier une maladie plutôt qu'une autre, alors que deux êtres victimes de cancers différents, ce sont deux êtres face à la maladie, à la mort. Mais dans le cas du cancer du sein, c'est la féminité, la maternité.  On enrobe le cancer dans quelque chose qui dilue le drame, on vend l'espoir...." Cette récupération marketing de la cause s’appelle le «pinkwashing». La maladie est « le chouchou du marketing social » avec le petit ruban épinglé partout.  Et ce n'est pas nouveau. Tout commence en 1992, Charlotte Haley, une femme de 68 ans, inspirée par les rubans rouges contre le sida, arpente les rues de New York, un carton à la main en offrant aux passants un petit morceau de couleur pêche, bricolé par ses soins, à épingler sur ses vêtements en signe de soutien pour sa grand-mère, sa fille et sa sœur atteintes de cancer du sein. L’action attire l’attention d'une marque de cosmétique qui s'en inspire pour mettre sur le marché un ruban rose.  Plus tard, c’est au tour d’un laboratoire commercialisant des médicaments contre le cancer du sein, de lancer Octobre rose, le mois national de la sensibilisation au cancer du sein en 1985. En 1994, la cause est de nouveau rattrapée par les marques : la société de cosmétiques Clinique, le magazine Marie-Claire et Estée Lauder s’associent pour fonder l’association Le cancer du sein. Et depuis 25 ans, l'association appelle à  s'unir par une même couleur contre le Cancer du Sein.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire