عربية

Covid-19 : Le variant indien inquiète. Explications du Dr. Tayeb Hamdi

Covid-19 : Le variant indien inquiète. Explications du Dr. Tayeb Hamdi
Rien n’est encore gagné et la situation risque de se compliquer du jour au lendemain. «Si les mesures barrières et territoriales ne sont pas respectées, nous pourrions aussi être touchés par cette 3ème vague de Covid-19 qui se caractérise par une propagation très rapide du virus», prévient Dr. Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.
Interrogé par http://Saha.ma,  Dr Hamdi insiste sur la vigilance et le respect des mesures préventives individuelles et collectives.  «Cela est notre arme de protection contre le virus. Le relâchement nous conduira à la catastrophe et la situation risquerait d’être très grave », souligne Dr. Tayeb Hamdi. Et d’ajouter : «tant qu’on n’a pas atteint l’immunité collective, il est impossible de délaisser les mesures préventives».
Une situation sous contrôle peut basculer
En effet, une situation stable et sous contrôle peut basculer en moins de trois semaines en situation catastrophique. C’est le cas du Chili qui avait vacciné 50% de sa population, croyant que sa situation était maîtrisée, est revenu au confirment total dans plusieurs villes. Aujourd’hui, c’est l’Inde qui mène une guerre féroce contre Covid-19. Une situation qu’aucun autre pays n’a vécue auparavant, depuis le début de la pandémie. « Les États-Unis et le Brésil enregistrent un nombre élevé de décès liés au Covi-19, mais pas avec la même rapidité et ampleur qu’en Inde », affirme Hamdi. Le médecin poursuit : «L’Inde enregistrait, durant ces derniers mois, une moyenne de 11.000 cas de Covid-19 et 900 décès par jour . Des chiffres acceptables par rapport au nombre important de ses habitants. Aujourd’hui, le pays est passé à 350.000 cas et plus de 3.000 décès chaque jour ».
Une situation chaotique en Inde 
Chaque trois jours, l’Inde recense plus de 1 million de nouveaux cas Covid-19. Ce qui a provoqué une grande pression sur le système de santé indien. Débordé, ce dernier n’arrive plus à prendre en charge les nouveaux cas qui se comptent chaque jour par milliers. En l’espace de trois semaines, les hôpitaux sont devenus saturés et l’oxygène médical manque dans tout le pays. Des malades, sous respiration artificielle, décèdent faute d’oxygène. La situation est devenue catastrophique. « Comme le système de santé indien est effondré, le pays n’arrive pas à sauver les autres patients atteints de maladies cardiaques ou liés à des accidents de la circulation et même les cas Covid-19 qui nécessitent uniquement des traitements légers », explique Dr.  Hamdi. Et d’ajouter : « Le nombre des décès explose puisque les personnes qui ont besoin d’une simple hospitalisation s’ajoutent à la liste des personnes en état grave ». 
Selon Hamdi, « il est évident qu’avec cette flambée incontrôlable dans un pays aussi peuplé, la situation va durer plusieurs semaines encore ». Des experts prévoient un nombre total de décès, en Inde, de 1 million de personnes, au moment où le pays totalise aujourd’hui 200.000 décès depuis le début de la pandémie.
Deux raisons évidentes
Pour comprendre ce qui se passe actuellement en Inde, il faut rappeler que ce pays se caractérise par sa forte démographie avec une population de 1,3 milliard d’habitants. Conjugués au non-respect des mesures barrières, les rassemblements sont des occasions propices à la propagation du virus. En Inde, il y a eu des rassemblements électoraux et des festivités religieuses et socio-culturelles, et donc, des millions de personnes, sans masques et sans distanciation sociale, se réunissaient. 
« S’ajoute à cela ce type de variant apparu en octobre en Inde », explique Dr. Hamdi. Ce variant indien du Sarscov2, appelé B 1.617 ou le double mutant, se propage de manière très rapide. « On l’appelle double mutant parce qu’il porte une mutation déjà vue sur le variant californien et une autre mutation semblable à celle vue sur les variants sud-africain et brésilien. Cela ne veut pas dire que ce variant ne porte que ces deux mutations. Il porte 15 mutations qui lui permettent d’être très rapide et contagieux », explique Dr. Hamdi.
Au sujet de sa dangerosité par rapport à la souche classique et aux variants brésilien, sud-africain ou britannique, les études sont toujours en cours et il n’y a pas de données scientifiques précises à ce jour. Ce qui est sûr, « c’est qu’il risque d’apparaître et de se propager dans plusieurs pays dans le monde », prévient Dr. Hamdi.
Ralentissement de la vaccination mondiale
« L'Inde est le laboratoire du monde en matière de fabrication des médicaments et des vaccins, avec 60% des vaccins du monde », relève Dr. Hamdi. Compte tenu de la situation actuelle de ce pays et la propagation de ce nouveau variant, la vaccination mondiale contre le coronavirus risque ainsi de se ralentir. Pour juguler l’épidémie, « l’Inde a besoin de vacciner sa population et utilisera l’ensemble des vaccins qu’elle produit, ce qui accentuera le ralentissement de la vaccination mondiale », conclut Dr. Tayeb Hamdi.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire