عربية

Covid-19 Maroc: Pourquoi la prolongation du confinement est vitale?

Covid-19 Maroc: Pourquoi la prolongation du confinement est vitale?
Les conditions ne sont pas réunies pour la levée de l'état d'urgence sanitaire au Maroc a indiqué Saâdeddine El Otmani, Chef du gouvernement lundi 17 mai au Parlement. Pour justifier la prolongation du confinement jusqu'au 10 juin, il s'appuie sur des indicateurs marquants de la dynamique de l'épidémie et des conditions sine qua non pour réussir le déconfinement, révélés dans les rapport du ministre de la santé.

Les indicateurs marquants pour évaluer la dynamique de l'épidémie.

- Le taux de reproduction de base qui est le R0. Cet indicateur donne l'estimation de la moyenne du nombre de nouveaux cas entrainés par chaque cas confirmé positif au Covid-19 et il devrait être inférieur à 1% et ce,  pendant deux semaines pour avoir une marge de sureté. Le Chef du gouvernement souligne que le RO devrait être idéalement inférieur 0,7% alors qu'aujourd'hui au Maroc, il se situe à 0,9% contre 2,5% enregistré au début du confinement. - Le taux de létalité qui est le nombre de décès par rapport au nombre de cas confirmés, devrait généralement être inférieur à 3%. Au Maroc, ce taux est situé à 2,8%  le 18 mai et ce, grâce aux efforts des professionnels de la santé estime le chef du gouvernement, sachant qu'il dépassait les 7%  au début du confinement. - Les cas critiques ne devraient pas dépasser 10%. Aujourd'hui, ils se situent à 1% alors qu'ils dépassaient 15% au début du confinement. -  Le taux d'hospitalisation en unités de réanimation ne devrait pas dépasser 30%. Au Maroc, il est de 4% . Pour le Chef du gouvernement ces différents indicateurs confirment les améliorations enregistrés mais " Ce n'est pas suffisant". L'apparition à chaque fois de nouveaux foyers d'infections est inquiétant. Il s'agit de foyers en milieu familial, industriel et au niveau d'autres sites comme la prison de Ouarzazate.  Au total, le Maroc a enregistré 460 foyers depuis le déclenchement de l'épidémie avec 50%  au niveau de foyers de familles essentiellement à cause de regroupements dans le cadre de fêtes ou funérailles et 20%  au niveau des industries.  65% des cas confirmés ont été contaminés dans le cadre de foyers.  Ainsi toute levée actuelle de l'état d'urgence risque de perturber le système de santé et sa capacité de prise en charge aussi bien des patients confirmés positifs au Covid-19 ,  les cas contacts que des autres maladies. Le système mis en place pour tester, suivre les cas contacts, isoler et casser les chaines de contamination devrait rester opérationnel et efficace.

Les conditions pour  l'allègement du confinement le 10 juin

Après deux mois de confinement suivi de la récente prolongation de trois se semaines, la levée de l'état d'urgence sanitaire n'est pas une mince affaire. Différents scénarios sont élaborés par-ci et par-là mais il reste le facteur humain qui est très important ainsi que le manque de connaissances complètes sur le virus et les situations à risque. A ce titre, le chef du gouvernement parle d'une stratégie de déconfinement et des préparatifs lancés pour "alléger"  le confinement dés que les conditions de déconfinement sont réunies. Pour lui, le rapport du Ministre de la santé décline quatre conditions. Il s'agit de: - La capacité du système de santé à répondre non seulement à la prise en charge des cas confirmés et des autres maladies  mais aussi à la probable croissance des cas positifs suite à l'allègement du confinement et en l'absence de dispositions préventives nécessaires. Aujourd'hui, le Maroc dispose de 190 centres hospitaliers dont  le tiers est réservé au Covid. Et toute pression sur le système de santé peut systématiquement impacter la prise en charge des autres maladies. Des efforts seraient en cours pour apporter l'appui nécessaire aux établissements hospitaliers. - La capacité de tester les personnes. Le pays doit être capable de tester les personnes qui présentent des symptômes. Il est question de pouvoir effectuer des tests rapides et assurer efficacement le suivi des cas contacts. A début de l'épidémie, le nombre de tests ne dépassait pas les 1000 tests avec seulement deux centres. Aujourd'hui avec 13 centres répondants aux normes, 5 laboratoires  au niveaux des  établissements de santé militaires et 3 laboratoires privés, le Maroc réalise quelques 8000 tests. Le Chef de gouvernement a par ailleurs annoncé la création la semaine prochaine de 3  laboratoires publiques  pour ce type de test à Errachidia,  Nador et Dakhla et ce, en plus d'un laboratoire mobile. L'objectif selon lui est de pouvoir réaliser 10 000 tests au minimum quotidiennement. - La capacité du contrôle et le suivi efficace des cas contacts pour maîtriser l'épidémie. L'application "Wiqaytna " devrait permettre d'identifier rapidement les cas contacts et contenir la contamination. - Avoir un stock suffisant du matériel médical en perspective d'une probable croissance des cas positifs. Le Chef du gouvernement parle entre autre de 150 milles masques et autre matériel médical.

Les principes de base pour réussir le déconfinement

Dans le cadre de la stratégie de déconfinement, il est prévu selon le Chef du gouvernement - Un déconfinement  de manière progressive avec notamment trois étapes bien définies, des dispositions en appui et un système d'évaluation permettant d'avancer ou la possibilité de revenir en arrière si cela s'avère nécessaire. -  La prise de compte des disparités territoriales dans la situation épidémique. Il est en effet enregistré une situation inquiétante dans 4 régions à savoir Casablanca-Settat, Fès-Meknès, Marrakech-Safi et Tanger- Tétouan-Houceima. - La poursuite du contrôle des dispositions d'assouplissement dans le cadre du déconfinement  avec notamment la possibilité de revenir en arrière en cas d'apparition de nouveaux foyers ou l'augmentation des cas positifs dans certaines régions. -  La distinction positive à travers la protection des personnes fragiles comme les personnes âgés de plus de 65 ans ou souffrant de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète et qui nécessitent des programmes spécifiques. Ceci étant, la levée de l'état d'urgence n'exclus pas les dispositions de protection personnelle et professionnelle, les gestes barrières, la distanciation sociale. Le port de masques dans l'espace public demeure obligatoire jusqu'à nouvel ordre selon le Chef du gouvernement.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire