عربية

Covid-19, un « orge »ravageur nourri par la rumeur

Covid-19, un « orge »ravageur nourri par la rumeur
Alors que les pays du monde entier déploient des efforts considérables pour contrer la contagion et la propagation du Corona virus, la rumeur et les fausses informations véhiculées par certains médias, véhiculées par les réseaux sociaux font rage, aggravant et rendant ainsi plus ardues toute politique d’information et de communication saine et sereine en temps de crise. Au Maroc, dès le début de la propagation du virus corona dans plusieurs pays du monde, les autorités ont opté pour une communication directe et claire, en témoigne les nombreux communiqués émanant du département en charge de la santé des marocains, pour clarifier la situation du virus corona. Des communiqués, au nombre de 11, dont le dernier date du  jeudi 5 mars 2020, qui ont contribué grandement à l’assurance de l’opinion publique, et à prodiguer aux mass médias sous toutes leurs  formes une information fiable et sûre à ce sujet. L’exemple patent est celui du cas des marocains rapatriés de Chine, pays où le virus corona fait rage. Les autorités marocaines ont fait preuve de beaucoup de maitrise et de sang-froid, optant ainsi pour l’option de la clarté, via des communiqués claires, des conférences de presse avec la présence de hautes autorités du pays à l’instar du chef du gouvernement, du ministre de la santé et de grands responsables de son département, et même des reportages télévisés diffusés à grande échelle sur les chaines publiques à ce sujet. Cette situation presque idyllique, n’a pas malheureusement perduré, dès l’annonce du premier cas de contamination par le corona virus d’un ressortissant marocain  venant d’Italie. Certes les autorités, primature et département de la santé, sont restés sur la même voie de la transparence et de la clarté en apportant des éclaircissements sur ce cas de figure.  D’une façon générale, l’opinion publique est restée plus ou moins zen même avec l’annonce du deuxième cas de contamination par le virus corona. Mais, l’approche de certains médias surtout dans la presse électronique, imbus par  le désir de faire le scoop par la  diffusion de fausses informations via des articles non fondés et même des vidéos qui ne reflètent nullement la réalité de la propagation du virus, ou des déclarations de personnes n’ayant aucune relation ou qualification requise dans le domaine de la santé. La rumeur, faisant ainsi effet boule de neige, relayée à grande échelle par les réseaux sociaux, devient ainsi une source dangereuse de confusion dans la société et un facteur obsédant pour les autorités dans leurs relations avec les événements et les faits en temps de crise. Le risque augmente également en raison de ce que l'on appelle le phénomène du "citoyen journaliste" qui, grâce à son Smartphone, prend des photographies  et des vidéos ou partage des publications et des informations non fondées, et les publie sur les réseaux sociaux pour se répandre comme une traînée de poudre. Il devient alors clair que tous les pays du globe, face à cette épidémie,  mènent deux guerres différentes en termes de moyens, de capacités et de défis. La première concerne la santé de leurs citoyens face à l'épidémie et c'est un « affrontement » direct, basé sur la mobilisation de toutes leurs ressources matérielles, financières et humaines pour contenir cette épidémie. La seconde n'est pas des moindres, c'est la celle de la communication sereine et fiable sur l'évolution de cette épidémie meurtrière afin de rassurer ses citoyens et de couper court avec la rumeur et les fausses informations.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire