عربية

CEDHD et DCAF décortiquent la gestion de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

CEDHD et DCAF décortiquent la gestion de l’état d’urgence sanitaire au Maroc
Le coronavirus a contaminé le monde et a contraint le Maroc à prendre des mesures urgentes et exceptionnelles pour faire face à la pandémie: Des mesures à caractère normatif et institutionnel pour encadrer l’état d’urgence sanitaire, des mesures à caractère sécuritaire, et d'autres d’ordre socio-économique. Le Maroc a t-il réussi la gestion de la crise sanitaire? comment il a fait face à des défis que soulève cette pandémie notamment en matière de santé publique, sécurité du citoyen et respect de l'Etat de droit et des droits humains dans le cadre d'un confinement sanitaire restrictif ?. Avec quelle approche, stratégie et à quel prix? Quel rôle ont joué la société civile et les médias dans le cadre de ces circonstances inédites?. Le Centre d’étude en Droits Humains et Démocratie (CEDHD) et le Centre de Genève pour la Gouvernance du Secteur de la Sécurité (DCAF) ont tenté de réponde à ces questions à travers un rapport édité en ce mois de juillet sous l'intitulé "Gestion de l'état d'urgence au Maroc: Gouvernance sécuritaire et droits humains".  L’étude  qui couvre la période de mars/avril 2020, première phase de confinement décrétée par le gouvernement, met l'accent sur l’expérience marocaine en matière de gouvernance de la sécurité et surtout sur les principales mesures prises par le Maroc dans la lutte contre la pandémie et  l'approche globale qui lui a permis de protéger la santé et la sécurité du citoyen et de la société. Il s'agit entre autre, de l'encadrement juridique de l'état d'urgence, la mise en place d'un fonds spécial pour la  gestion de la pandémie du coronavirus « Covid19 », les mesures prises par le Comité de Veille économique et ce, pour assurer le bien être social et dans la foulée l'encouragement, voire l'obligation de l’enseignement à distance pour répondre au droit à l'éducation et l’égalité des chances. A cela s'ajoutent la gestion des données à caractère personnel pendant la crise sanitaire,  la préservation de la sécurité sanitaire et le renforcement du système de santé nationale pour répondre au droit de santé de chaque citoyen  au temps du Covid-19.  Le rapport met en exergue la volonté politique et décortique  la stratégie sanitaire adoptée par le Maroc en réponse à la pandémie du Covid-19: Surveillance et veille épidémiologique, renforcement des capacités du système de santé national, prise en charge des cas infectés, communication transparente et  suivi de l'évolution épidémiologique quotidienne de l’état sanitaire au Maroc. L'impact psychologique du confinement sur la population marocaine a fait l'objet d'un chapitre alors qu'un autre traite l'analyse et évaluation des mesures sanitaires prises selon une approche de droits humains. Des mesures qui sont, d'après les auteurs du rapport, en cohérence avec les recommandations et les normes internationale. Ceci étant, le rapport soulève que "des déficiences ont été relevées ici et là, mais, elles n’ont guère dérogé à cette tendance générale qui a gagné l’adhésion de la majorité des citoyens, et qui a pu mobiliser les moyens de l’État, et déclenché un élan de solidarité chez les différents acteurs et catégories sociales". Le rapport a fait selon ses auteurs, la lecture de ce processus pour comprendre les spécificités de l’exercice démocratique en période d’exception en tant qu’indice renseignant sur le degré du bon fonctionnement institutionnel, conformément aux dispositions prévues par la Constitution adoptée en 2011. Il présente aussi certaines propositions et recommandations qui se dégagent des leçons tirées des acquis et des bonnes pratiques dans l’expérience marocaine face à la pandémie du coronavirus. Les auteurs du rapport citent entre autre, l’adoption de politiques publiques sur la base d’une approche des droits de l’homme, une attention  nécessaire aux secteurs sociaux et une importance primordiale accordée à la recherche scientifique dans sa relation avec les projets de développement... Rapport-COvid-19-version-FR Bon à savoir: -  Centre d’Études en Droits Humains et Démocratie (CEDHD): Organisation non gouvernementale œuvrant pour la promotion des  droits humains et de la démocratie à travers les études, la formation, le débat et le plaidoyer / Maroc. - Centre pour la gouvernance du Secteur de la Sécurité (DCAF): Organisation internationale sui generis spécialisée dans le domaine de la réforme et de la gouvernance du secteur de la sécurité (RSS) / Suisse.    

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire