عربية

Infertilité: Comment l’assistance à la procréation est elle perçue?

Infertilité: Comment l’assistance à la procréation est elle perçue?

L’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) est toujours  un sujet tabou. C’est ce que confirme une fois de plus une étude de perception  réalisée  par le Think Tank Radius, à travers son laboratoire Global Santé, en partenariat avec l’Association Marocaines des Aspirants à la Maternité et à la Paternité(MAPA). Selon cette étude intitulée  «Les pouvoirs publics et les professionnels de la santé face à l’infertilité», les femmes sont considérées à tort comme seules responsables en cas d’infertilité dans le couple. La virilité et la fertilité sont deux notions différentes à ne pas confondre. L’étude a aussi noté que le recours à la médecine traditionnelle ne fait que retarder le diagnostic et la prise en charge. Elle a également fait ressortir que les femmes et les hommes sont impliqués à parts égales dans les problèmes d’infertilité. A retenir également que l’âge est l’un des paramètres les plus importants à prendre en compte pour optimiser les chances de succès des techniques de traitement de l’infertilité. Bien entendu, il existe des solutions, mais, il faut impérativement consulter un gynécologue.

Entre25.000 et 45.000 DH

L’autre frein à l’AMP, est lié à la cherté des traitements au Maroc. En effet, cette assistance, qui comprend en outre une fécondation in vitro, peut coûter entre 25 000 et 45 000DH.  «Considérée par certains comme un problème de santé publique et par d’autres, comme une maladie qu’il est nécessaire de traiter, les troubles de la fertilité demeurent une pathologie dont les impacts sont multiples. Et pour surmonter les différentes problématiques rencontrées par les patients et les professionnels de la santé, les autorités gagneraient à démocratiser l’accès aux soins relatifs à l’infertilité et à l’AMP à tous les couples marocains, sur l’ensemble des régions du Royaume. Cela dit, au mois de novembre 2020, le gouvernement a annoncé l’intégration de certains traitements de l’infertilité à la liste des médicaments remboursables. Cette décision vient apporter une lueur d’espoir aux couples marocains souffrant de troubles de la fertilité et désireux d’avoir des enfants», souligne-t-on auprès des incitateurs de l’étude

Les obstacles à la loi 14-47

Du côté légal, l’étude rappelle que la loi 14-47 prévoit la création d’une commission scientifique consultative de l’AMP, chargée de donner à l’administration compétente un avis technique motivé sur toutes les questions se rapportant à la pratique. Mais,  selon les professionnels de la santé l’application des dispositions se heurtent aux obstacles politiques  et scientifiques.

Le Plan Santé 2025 Le plan santé 2025

Ce dernier a prévu le lancement d'un plan national d'Assistance Médicale à la Procréation pour améliorer la qualité et l'accessibilité aux services de prise en charge de l'infertilité du couple. «Malgré la reconnaissance de l’infertilité comme une pathologie par les pouvoirs publics, les professionnels de la santé jugent le plan encore perfectible. Ce dernier ne tient pas nécessairement compte de tous les éléments pour réglementer les pratiques et surmonter les limites et les problèmes que rencontrent la majorité des praticiens, gynécologues et biologistes, dans la gestion quotidienne, dans le traitement et le suivi des couples souffrant d’infertilité», note l’étude.

Un cadre réglementaire pour l’AMP

L’étude révèle par ailleurs que  les professionnels de la santé estiment que  le succès de la gouvernance de l’AMP est tributaire de la mise en place d’un écosystème propice à l’investissement, d’un cadre réglementaire protégeant les intérêts des patients et qui est adapté aux circonstances sociales et économiques des couples marocains. «Une étude d’impact et de prédictibilité s’avère la voie rationnelle pour construire un environnement favorable à l’AMP au Maroc», recommandent les initiateurs de l’étude.

Enfin, il faut noter qu’au Maroc, environ 825 000 couples souffrent de cette maladie.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire