عربية

La Dépakine: Le laboratoire français Sanofi mis en examen

La Dépakine: Le laboratoire français Sanofi mis en examen
Le laboratoire français Sanofi est mis en examen pour « homicides involontaires » dans l’enquête sur la commercialisation de Dépakine a annoncé l’entreprise hier d'après l'AFP. Sanofi est accusée d'avoir été derrière la mort de quatre bébés dont les mères ont pris, lors de leur grossesse, cet antiépileptique. Et c'est la deuxième mise en examen après celle annoncée en février dernier  pour "tromperie aggravée" et « blessures involontaires ». L'affaire remonte à 2016 quant une enquête avait été ouverte auprès du tribunal judiciaire de Paris, à la suite d’une procédure de l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (Apesac). Représentant 4.000 personnes dont la moitié des enfants malades, celle-ci met en avant 14 cas de mamans souffrant de troubles bipolaires et d'épilepsie et ayant reçu de la Dépakine lors de leur grossesse.
Ce médicament est soupçonné d’avoir provoqué des malformations, autisme et autres troubles  graves chez plusieurs dizaines de milliers d'enfants.
De son côté Sanofi Aventis France soutient, dans un communication lundi à l'AFP, avoir respecté ses obligations d’information et conteste le bien-fondé de ces poursuites. Il indique avoir « saisi la chambre de l’instruction afin de contester sa mise en examen » et met en avant le fait que « l’ensemble de ces éléments ne préjuge en rien de la responsabilité du laboratoire ».Et ce n'est pas fini. L’Apesac entend initiée une autre procédure pour la mise en examen de l’agence du médicament pour blessures et homicides involontaires. A rappeler que le scandale de la Dépakine a éclaté la première fois en 2014 et depuis des victimes cherchent à obtenir réparation.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire