عربية

La lutte contre le Sida est menacée au Maroc

La lutte contre le Sida est menacée au Maroc
A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida célébrée le 1er décembre 2019 cette année sous le thème « Les organisations communautaires font la différence. », plusieurs rencontres et ateliers de sensibilisation contre le VIH sont organisés un peu partout au Maroc. A l'initiative de l’Association de lutte contre le sida au Maroc (ALCS), plusieurs rencontres visent  la sensibilisation, la prévention et le plaidoyer pour lutter contre la maladie du Sida et aider des milliers de malades vivant avec le VIH/SIDA confinés dans l'anonymat par peur de leurs familles et de la stigmatisation.  Le Royaume est par ailleurs  le premier pays du Maghreb à signer en 2003 un partenariat avec le Fonds Mondial de lutte contre le sida et a ainsi bénéficié de 100 millions de dollars d'aide, pour entre autres organiser la prévention, la sensibilisation, le financement des kits de seringues propres notamment via l'ALCS fondée en 1988 par le professeur Hakima Himmich. chef du service des malades infectieuses de l'hôpital Ibn Rochd.  Cette association pilote depuis de longues années des stratégies de dépistage ciblées vers les populations clés : les homosexuels, les usagers de drogue injectable, les travailleuses du sexe, les migrants et les détenus et forme des médiateurs thérapeutiques qui accompagnent les personnes vivant avec le VIH ( les populations clés et les personnes contaminées par leurs conjoints ou par accident) , ainsi que leurs proches. A cela s'ajoute la mise en place d'une instance de coordination nationale impliquant des acteurs institutionnels, la société civile et des représentants des personnes vivants avec le VIH et des populations clés, pour gérer les financements, l'achat des médicaments et leur mise gratuitement à la disposition des malades.  Aujourd'hui, le nombre des personnes atteints au Maroc en baisse est estimé à 21 000 dont 30% ignorent encore leur infection selon les dernières statistiques disponibles. Quid de l'Avenir ? Malgré les bons résultats, la lutte contre le Sida au Maroc est de plus en plus menacée. L’organisation internationale considère que ce pays « à revenus intermédiaires »  a déjà beaucoup évolué et pourrait, à plus ou moins brève échéance, continuer de façon autonome.  « Pourtant, 70 % des personnes vivant avec le VIH sont dans ces pays à revenus intermédiaires », s’alarme Hakima Himmich. Selon elle, l’Etat marocain n’a pas encore les moyens d’être indépendant. Les conséquences redoutés sont essentiellement les ruptures de stock  et l’abandon de l’accompagnement assuré par les médiateurs thérapeutiques. Outre l'appui psychologique, ces derniers accompagnent les malades et leurs proches dans les procédures et assurent la distribution de préservatifs gratuits et les dépistages sur le terrain.  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire