عربية

La vitamine B12 serait bénéfique pour prévenir l’Alzheimer

La vitamine B12 serait bénéfique pour prévenir l’Alzheimer
Est ce que la vitamine B12 peut avoir un impact potentiel sur l'Alzheimer, la redoutable maladie dégénérative du cerveau?  D'après le site de l'université du Delaware  aux USA, le professeur Jessica Tanis a  en effet résolu un nouveau mystère de cette maladie en  enregistrant avec ses équipes au sein de son laboratoire que les  vers ne bougent pas lorsqu'ils ont la maladie d'Alzheimer à cause notamment de la bêta-amyloïde, une protéine toxique impliquée dans la maladie et qui paralyse les vers dans les 36 heures qui suivent l'âge adulte.  Mais  quelque chose  a aidé d'autres vers atteints de la maladie à conserver leur mouvement . "C'était une observation faite par Kirsten Kervin, étudiante à la maîtrise", a déclaré Tanis, professeur adjoint au département des sciences biologiques de l'UD. "Elle a répété l'expérience encore et encore, avec les mêmes résultats." Et après des années de recherche, l'équipe a finalement trouvé une différence importante, a déclaré Tanis. Alors que tous les vers ont été cultivés avec un régime d'E. coli, il s'avère qu'une souche d'E. coli avait des niveaux plus élevés de vitamine B12 que l'autre.   "En tant qu'êtres humains, nous avons une immense diversité génétique et des régimes alimentaires si complexes qu'il est très difficile de déchiffrer comment un facteur alimentaire affecte l'apparition et la progression de la maladie d'Alzheimer", a déclaré Tanis. « C’est là que les vers sont incroyables. Les vers que nous utilisons ont tous exactement le même bagage génétique, ils réagissent à la bêta-amyloïde comme le font les humains, et nous pouvons contrôler exactement ce qu'ils mangent, afin que nous puissions vraiment nous pencher sur les mécanismes moléculaires à l'œuvre". En effet, dans le cerveau des humains atteints de la maladie d'Alzheimer, l'accumulation de bêta-amyloïde au fil des ans provoque des effets toxiques dans les cellules, entraînant une réduction de l'énergie, une fragmentation des mitochondries - les centrales électriques des cellules et un stress oxydatif dû à un excès de radicaux libres. La même chose se produit chez C. elegans, a déclaré Tanis, mais en quelques heures. La bêta-amyloïde provoque la paralysie des vers.
La B12 est  bénéfique pour prévenir la maladie
« Lorsque nous avons donné de la vitamine B12 aux vers déficients en vitamine B12, la paralysie s'est produite beaucoup plus lentement, ce qui nous a immédiatement indiqué que la B12 était bénéfique. Les vers avec B12 avaient également des niveaux d'énergie plus élevés et un stress oxydatif plus faible dans leurs cellules". L'équipe a déterminé que la vitamine B12 dépend d'une enzyme spécifique appelée méthionine synthase pour fonctionner. Sans la présence de cette enzyme, la B12 n'a aucun effet, a déclaré Tanis. De plus, l'ajout de la vitamine à l'alimentation ne fonctionnait que si les animaux étaient déficients en B12. 
L'alimentation peut influencer l'apparition de la maladie
Le professeur Tanis a déclaré aux médias qu'à l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement efficace pour la maladie d'Alzheimer. "Il y a certains facteurs que vous ne pouvez pas changer - vous ne pouvez pas changer le fait que vous vieillissez, vous ne pouvez pas changer votre prédisposition génétique à la maladie d'Alzheimer. Mais la seule chose que vous pouvez contrôler est ce que vous mangez, si les gens pouvaient changer leur régime alimentaire pour influencer l'apparition de la maladie, ce serait formidable." Bon à savoir:
  • Ecoli producteur de shigatoxines est une bactérie pouvant provoquer une maladie grave d'origine alimentaire. À l'origine des flambées épidémiques d'Ecoli producteur de shigatoxines, on trouve principalement la viande hachée crue ou mal cuite, le lait cru et la contamination fécale de légumes.
  • Caenorhabditis elegans est un petit ver d'un millimètre environ, transparent et non-parasitaire  qui vit dans le sol, où il se nourrit de bactéries... Ce ver est un organisme modèle en biologie, car il permet l'étude, entre autres, de l'apoptose (mort programmée de certaines cellules), du développement embryonnaire et du vieillissement.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire