عربية

L’ANAM dresse son bilan et appelle à investir dans la santé

L’ANAM dresse son bilan et appelle à investir dans la santé
A l'occasion de la Journée  internationale de la Couverture-Santé Universelle  célébrée cette année sous la thématique " ne laisser personne de côté: investir dans les systèmes de santé pour tous",   l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) a appelé, dimanche, à investir davantage dans la santé et à lui allouer les ressources de manière efficace et équitable en fonction des besoins.
4.850 médicaments remboursables au titre de l'AMO en 2020
L’ANAM en sa qualité de régulateur a saisi aussi l'occasion pour dresser un bilan de l'évolution du Maroc vers la couverture sanitaire universelle (CSU) et les perspectives à venir. Elle indique ainsi que depuis l’instauration de l’assurance maladie obligatoire (AMO) jusqu’à aujourd’hui, une nette évolution a été enregistrée au niveau des paramètres du régime et de la prise en charge des malades, notamment pendant la pandémie de la Covid-19 (tests PCR, hospitalisation, vaccination …). Aussi, le nombre de médicaments remboursables au titre de l’AMO est passé de 1.000 médicaments en 2006 à 4.850 médicaments en 2020, dont 3015 médicaments génériques (soit 65%). Le nombre de réclamations traitées par l’ANAM, dans le cadre de sa mission d’arbitrage des litiges entre les différents intervenants du système, a également évolué en passant de 328 réclamations reçues en 2011 à 10.255 requêtes en 2021.
Contraintes liées à la multiplicité des régimes
Le communiqué note par ailleurs que le système connait toujours quelques contraintes liées notamment à la multiplicité des régimes, les écarts entre les paramètres de ces derniers ou encore le poids des dépenses restant à la charge de l’assuré (31.5% pour la CNOPS et 37.6% pour la CNSS). Pour rappel la stratégie d’accompagnement adoptée par l’ANAM se base sur la refonte de l’arsenal juridique du dispositif de la CMB à travers la proposition des amendements nécessaires pour améliorer les dispositions légales et réglementaires, en plus du renforcement des missions de l’agence pour qu’elle puisse jouer pleinement son rôle de régulateur de la CMB. S’y ajoutent l’élargissement de la base des assujettis à l’AMO et la mise en place d’instruments novateurs pour un financement pérenne de l’AMO.
Vers une nouvelle stratégie de remboursement des médicaments
L’ANAM travaille aussi  pour l’adaptation des outils de régulation aux évolutions du dispositif de l’AMO, à travers notamment l’institutionnalisation des principes de parcours coordonné de soins visant à assurer un meilleur suivi médical des assurés, la mise en place d’une nouvelle stratégie de remboursement des médicaments, afin de maitriser les dépenses du poste médicament qui absorbe à lui seul 31.5% des dépenses de l’AMO.  Les Affections de longue durée (ALD), qui touchent 3.2% de la population couverte par l’AMO, s’accaparent par ailleurs 51.8% des dépenses totales. 71.6% de ces dépenses concernent l’insuffisance rénale chronique terminale (26.7%), les tumeurs malignes (23.7%), le diabète insulino-dépendant, le diabète non insulino-dépendant ( 10.7%) et l’hypertension artérielle sévère ( 10.5%).

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire