عربية

Le Maroc ouvre le secteur de santé aux praticiens et aux investissements étrangers

Le Maroc ouvre le secteur de santé aux praticiens et aux investissements étrangers
Le chantier de la généralisation de la couverture sociale, visant dans un premier temps la couverture de 22 millions de personnes qui ne bénéficient pas actuellement d'une assurance maladie, nécessitera des ressources humaines médicales pour sa mise en œuvre. Et c'est la raison derrière la décision de l'ouverture du secteur de la santé aux médecins étrangers et aux investissements étrangers.  L'annonce a été faite par Mohamed Benchaaboun, ministre de l'Économie et des Finances lors de son discours devant Sa Majesté le Roi le 14 avril 2021, au Palais Royal de Fès. M. Benchaaboun a aussi souligné que la généralisation de la couverture sociale nécessite de faire face à un ensemble de défis qui sont liés notamment au grand déficit en ressources humaines et à leur disparité géographique. Et il ya de quoi.  Le Maroc est  loin de son objectif de mettre  chaque année 3300 nouveaux médecins sur le marché de la santé, atteignant ainsi un déficit de 1018 médecins. Ce déficit est également aggravé par l'immigration des professionnels de la santé, la retraite et la retraite anticipée.  certes,  la  crise sanitaire de coronavirus  a mis un coup de projecteur sur la pénurie de ressources humaines en santé au Maroc, mais le succès du chantier de généralisation de la couverture sociale  dépend du rattrapage de ce  déficit. Le Maroc compte par ailleurs actuellement quelques 27 266 médecins, dont seulement 53% travaillent dans le secteur privé, à raison de 7,1 médecins pour 10 000 habitants, ce qui est loin de la norme de l'OMS fixée à 15,3 médecins pour 10 000 habitants. Avec 1,65 professionnels de la santé pour 1 000 habitants (contre un minimum de 4,45), le Maroc souffre d'un déficit de 97 161 personnes dans le secteur de la santé, dont 32 387 médecins et 64 774 infirmiers et techniciens.  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire