عربية

le probénécide utilisé dans le traitement de la goutte, serait un antiviral prometteur contre le SARS-CoV-2

le probénécide utilisé dans le traitement de la goutte, serait un antiviral prometteur contre le SARS-CoV-2
Un médicament utilisé dans le traitement de la goutte révèle d’excellentes propriétés antivirales contre le SARS-CoV-2 révèle une étude de l’Université de Géorgie. Déjà approuvé par les agences sanitaires, disponible depuis 40 ans, ce médicament, le probénécide, pourrait, via un simple repositionnement enrichir les traitements thérapeutiques contre la maladie COVID-19. Ces premiers travaux in vivo et in vitro, publiés dans les Scientific Reports, vont être suivis dès cette année par des essais cliniques (chez l’Homme) selon les chercheurs. Ce médicament se présente comme une alternative aux principales options de traitement de COVID-19 aussi bien limités que chers. Ces premières études in vitro et précliniques chez l’animal suggèrent que le probénécide, un médicament peu coûteux et largement disponible, pourrait être efficace non seulement contre l'infection par le SRAS-CoV-2, mais également contre d'autres virus respiratoires courants comme le virus respiratoire syncytial (RSV) et la grippe.
Comment le probénécide bloque la réplication virale?
l’auteur principal, Ralph Tripp, chercheur en études vaccins et thérapeutiques à l'Université de Géorgie explique que les virus utilisent les cellules hôtes pour se répliquer et produire encore plus de virus. Le probénécide bloque ce processus de réplication. Le médicament agit sur 2 fronts, en prophylaxie avant l'exposition au virus et comme traitement (post-exposition). La démonstration est ici apportée in vivo, sur des modèles animaux de SRAS-CoV-2 et de grippe mais aussi in vitro, contre le RSV. L’efficacité prophylactique, si elle était confirmée chez l’Homme permettrait d’éviter le développement de formes sévères chez des personnes contacts. Pour rappel, le probénécide est déjà utilisé pour augmenter la puissance de certains antibiotiques, il est donc probable que le médicament puisse également booster d'autres traitements COVID-19. L’équipe de Ralph Tripp, avec la biotech TrippBio, devrait travailler à préciser la dose de probénécide adaptée au traitement contre SARS-CoV-2 et commencer les essais cliniques (chez l’Homme) dans l'année.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire