site rencontre femme jeune عربية

Le risque d’AVC serait 30% plus élevé  en cas de colère

Le risque d’AVC serait 30% plus élevé  en cas de colère
L'excès de colère  ou un bouleversement émotionnel peuvent  déclencher un accident vasculaire cérébral (AVC)  d'après une nouvelle étude publiée dans la revue European Heart Journal.  Les chercheurs de l'université d'Irlande ont en fait  passé au crible les données de 13 000 patients vivant dans 32 pays pour comprendre les facteurs de déclenchement de l’AVC ischémique, le type le plus courant  provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine dans le cerveau, et de l’AVC hémorragique, dû à la rupture d’une artère cérébrale qui entraîne un saignement.
Colère , troubles émotionnels et AVC
"Notre recherche a révélé que la colère ou les troubles émotionnels étaient liés à une augmentation d'environ 30% du risque d'AVC une heure après l'épisode", précise Andrew Smyth, l’auteur principal de la recherche. Les scientifiques mettent aussi l'accent sur un autre facteur capable de déclencher l’AVC hémorragique : un effort physique intense et isolé. À la différence d’une activité physique régulière, un effort soudain accentue le risque de ce type d’AVC de 60% dans l’heure qui suit, et notamment chez les femmes. Ces résultats viennent consolider ceux d'une précédente étude  publiée en 2014 qui avait déjà montré que  plus les crises de colère étaient fréquentes (au-delà de cinq par jour), plus le risque cardiaque était élevé.
Autres facteurs...
Le diabète, l’hypertension artérielle, la fibrillation auriculaire (un trouble cardiaque qu’il est possible de traiter), le cholestérol, la sédentarité, le tabagisme ou encore l’alcool sont d’autres facteurs de risques établis de l’AVC sur lesquels il est possible d’agir.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire