عربية

Le vaccin chinois sera autorisé dans quelques jours

Le vaccin chinois sera autorisé dans quelques jours
    Après avoir autorisé d’urgence le vaccin anti-covid- 19 d’AstraZeneca, la Direction du Médicament et de la Pharmacie (DMP) du ministère de la Santé s’apprête à autoriser également le vaccin du laboratoire chinois Sinophram. Selon la directrice de la DMP, Bouchra Meddah, «le processus d’autorisation de mise sur le marché, qui est très rigoureux, est en phase finale. Dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus, le vaccin de Sinopharlm sera autorisé». Meddah participait à un webinaire organisée par la Fédération Nationale de la Santé sous le thème «tous mobilisés pour réussir la campagne nationale vaccinale contre la Covid-19». Sur ce point, il faut rappeler que ce vaccin a suscité quelques inquiétudes chez bon nombre de nos concitoyens. Toutefois, selon les experts, les médecins et les responsables marocains du ministère de la Santé, ce vaccin ne représente aucun danger pour la santé. «Nous avons eu de la chance de tomber sur deux vaccins dont celui de Sinopharm. Ce dernier a été satisfaisant aussi bien en termes de résultats des essais cliniques qu’en termes de la technique adoptée pour sa production. Cette dernière étant utilisée depuis de longues années déjà. Aussi, avec le recul que nous avons au Maroc depuis plus de 60 ans, nous pouvons dire que les deux vaccins ne représentent aucun danger», souligne Moulay Tahr Alaoui Président du Comité Technique de Vaccination. Pour rappel, les essais cliniques du vaccin chinois ont porté sur près de 600 volontaires. «Ces essais ont été concluants .Bien entendu il y a eu quelques effets indésirables comme de petites douleurs aux bras, de la fièvre et des céphalées. Mais ce sont ses effets qui se manifestent aussi après l’injection d’autres vaccins et qui ne sont d’aucun risque pour la santé», précise Redouane Abouqal, investigateur principal et coordinateur national des essais cliniques au Maroc.   Le variant anglais n’a pas été détecté au Maroc, mais…   Ce n’est pas la seule bonne, nouvelle. En effet, la mutation du virus qui a touché la Grande Bretagne et qui été détectée dans d’autres pays européens comme la France, n’a pas été détectée au Maroc à ce jour. «Cette mutation n’a pas été détectée chez les 50 personnes que nous avons séquencées durant le mois de décembre 2020», rassure Abderrahmane Maaroufi, directeur de l’Institut Pasteur. Cependant,  ce dernier insiste sur la nécessité « de continuer la surveillance de l’évolution des génomes des variants circulant au Maroc notamment chez les voyageurs internationaux. Il faudra aussi étudier l’impact des mutations détectées sur le comportement des virus à travers des études expérimentales». Cela dit, il faut bien rappeler que le nouveau variant Anglais (VOC202012/01) est difficilement décelable. «En effet, certaines PCR détectent mois bien le variant anglais qui est plus dangereux », précise Robert Cohen Président d’infovac France. Là, il faut noter que si ce variant a été détecté en premier en Angleterre c’est par ce que ce pays dispose de la plus grande capacité de séquençage au monde. Il faut aussi rappeler qu’à l’instar de beaucoup de virus dont ceux respiratoires, les SARS-CoV2 mutent en continu. «Ces mutations sont des erreurs de lectures durant les très nombreuse transcriptions de l’ARN dans les cellules. La majorité de ces mutations n’ont pas de conséquence voire des conséquences défavorables pour les virus. Certaines peuvent donner aux virus un avantage écologique ; la transmissibilité, la pathogénie, la sensibilité aux Ac (ou l’immunité cellulaire) anti SARS-CoV-2 », explique le Président d’infovac France.  A ce niveau, il faut bien noter que si le variant anglais est réputé plus dangereux, celui Sud-Africain l’est davantage (variant 501.V2°). Ce dernier est beaucoup plus transmissible que celui anglais et avec une charge virale plus élevée.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire