عربية

Le vaccin de Pfizer/BioNTech serait sûr, mais pas pour les personnes ayant déjà eu des réactions allergiques.

Le vaccin de Pfizer/BioNTech serait sûr, mais pas pour les personnes ayant déjà eu des réactions allergiques.
Les données détaillées du vaccin développé par l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech ont été publiées le mardi 8 décembre par l'Agence américaine des médicaments, la Food & Drug Administration (FDA), confirmant que ce vaccin ne présente pas de risque de sécurité. Le Royaume Unis l'a déjà adopté pour sa campagne de vaccination rapporte la BBC. Les autorités sanitaires britanniques ont toutefois déconseillé, mercredi 9 décembre, d'inoculer le vaccin de Pfizer et BioNTech contre le nouveau coronavirus aux personnes ayant eu dans le passé d'importantes réactions allergiques. Deux personnes ayant mal réagi aux premières injections.
Ceci étant,
  • Ce vaccin serait "efficace à 95% à partir de 28 jours après la première dose".
  • C'est le 1er vaccin à base d'ARN messager (ARNm). Il se base sur une technologie récente d'une vingtaine d'années utilisée pour la première fois dans le développement d'un vaccin pour l'homme.
  • Ce candidat-vaccin encode pour la plus grande séquence de la protéine S (protéine "spike"), présente à la surface du SARS-CoV-2.
  • L'ARN messager est une copie modifiée d'un brun d'ADN, servant de code pour la synthèse de protéines dans la cellule. Cette copie sert d'intermédiaire pour la fabrication de protéines, véritables "agents de l'expression des gènes" dans le corps humain. 
  • Une fonction de la protéine que le vaccin contre la Covid exploite pour vaincre le virus en donnant des instructions au corps humain, via l'ARN messager, pour fabriquer cette même protéine, celle que l'on retrouve à l'extérieur du virus (sans que celui-ci soit introduit dans notre corps) et qui fait réagir notre système immunitaire en produisant des anticorps.
  • Le panel de patients inclus dans l'essai, 43 661 au total répartis dans 150 lieux dans le monde, dont 39 aux Etats-Unis. "Environ 42% des participants mondiaux et 30% des participants américains ont des origines raciales et ethniques diverses", précise un communiqué du groupe relayé par les médias.
  • De plus, "41% des participants mondiaux et 45% des participants américains ont entre 56 et 85 ans", ce qui démontre l'efficacité de ce vaccin chez les personnes à risque de formes sévères.
  • Après avoir dévoilé les résultats des premières données de sécurité, qui ont porté sur 38 000 volontaires de l'essai clinique, avec "un suivi médian de deux mois", les données publiées par la FDA "suggèrent un profil de sécurité favorable, sans identification de problème de sécurité spécifique qui empêcherait" l'autorisation en urgence de mise sur le marché, comme l'explique la FDA.
  • Concernant les effets secondaires, l'Agence précise dans son rapport relayé par des médias que, sur plus de 43 000 personnes (comprenant également les enfants et adolescents de plus de 12 ans) des réactions autour de la zone d'injection à 84,1%, de la fatigue à 62,9%, des maux de tête à 55,1%, des courbatures à 38,3%, des frissons à 31,9%, des douleurs dans les articulations à 23,6% et de la fièvre à 14,2%. Le rapport note également qu'entre 0 et 4,6% des participants à l'essai ont développé des réactions sévères, moins fréquentes chez les volontaires de plus de 55 ans.
  • La FDA explique que l'efficacité du vaccin est avéré dès la première dose, même pour ceux ayant déjà contracté le virus.
  • Concernant la mise sur le marché, la Food & Drug Administration devrait donner sa réponse jeudi 10 décembre, lors d'une réunion du comité.
  • L'Agence européenne des médicaments devrait, selon Capital, se prononcer  sur ce vaccin avant le 29 décembre sur une première demande d’autorisation du vaccin BNT162b2.
Et si l'approbation réglementaire est obtenue, Pfizer et BioNTech espèrent fournir près de 50 millions de doses d'ici à la fin de l'année 2020 et environ 1,3 milliard de doses d'ici à la fin 2021. Le 9 septembre, la Commission européenne avait annoncé avoir trouvé un accord préliminaire pour obtenir 200 millions de doses d'un potentiel vaccin contre le coronavirus développé par BioNTech/Pfizer, avec l'option d'en acquérir 100 millions de doses supplémentaires. L'approvisionnement en vaccins pour l'UE serait assuré par les sites de production de BioNTech en Allemagne et de Pfizer en Belgique.  NOTA BENE  
  • Chez les virus, les protéines produites par celui-ci servent, lors de la réplication dudit virus, de support de l'information génétique virale. C'est ainsi qu'il se propage dans le corps humain et fait que nous tombons malades.
 

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire