عربية

Le vaccin est important pour les enfants surtout ceux atteints de maladies chroniques

Le vaccin est important pour les enfants surtout ceux atteints de maladies chroniques
C’est la semaine de la vaccination du 26 au 30 avril. L’occasion pour revenir avec Docteur Mouna Sabib, Pédiatre à Rabat, sur l’importance des vaccins pour les enfants et sur les meilleures façons de rendre l’expérience moins pénible pour ces petits êtres.
Saha.ma: On accuse les vaccins d’être à l’origine de plusieurs maladies. Qu’en pensez-vous ?
Dernièrement, il y a eu des idées tendant à accuser les vaccins d’être à l’origine de plusieurs maladies. On a impliqué les vaccins dans la physiopathologie de plusieurs maladies comme la sclérose en plaque, l’autisme…De ce fait, beaucoup de parents, même ceux ayant un bon niveau intellectuel, refusent de vacciner leurs enfants. Les conséquences de cette réticence peuvent être très graves. Nous avons pris en charge des enfants atteints de méningite ou  de coqueluche assez sévères car ils n’ont pas été vaccinés. Heureusement, leur nombre reste limité par rapport à ceux vaccinés. La vaccination des enfants surtout ceux de moins de 5 ans est capitale. D’ailleurs, le programme de vaccination a permis d’éradiquer plusieurs maladies. Ma génération n’a jamais connu de diphtérie, nous en avons eu connaissance grâce à nos professeurs qui eux en avaient vu beaucoup de cas, notamment dans les urgences. C’est une maladie qui peut être fatale à la vie des enfants. Le programme national d’immunisation a inclus la vaccination contre l’hépatite, le rota virus, le pneumocoque et l’hémophilie influenzae. Grâce à ce programme de vaccination, il y a une diminution des cas de méningite bactérienne, de pneumocoque de déshydratation sévère, de rota virus…
Qu’en est-il des complications?
Il y a vraiment très peu de complications. Il s’agit de réactions banales, de fièvres avec des rougeurs et des douleurs locales. Il y a rarement de cas de convulsion avec de la fièvre. Ce sont des cas d’enfants qui vont convulser même s’ils ne sont pas vaccinés, et ce, à l’occasion d’hyperthermie. Autrement dit, ces enfants peuvent développer une angine, une bronchite avec de la fièvre et avoir une convulsion fébrile. Ce n’est pas forcément le vaccin qui est responsable de cette convulsion. Pour vous rassurer, sachez qu’il y a vraiment très peu de complications
Est-ce qu'il est recommandé de vacciner les enfants contre la grippe?
La vaccination antigrippale n’est pas systématiquement recommandée chez l’enfant. Elle est recommandée pour les enfants qui ont des pathologies chroniques, mais en concertation avec le médecin traitant. Pour ces derniers, la vaccination est très importante car il s’agit de sujets ayant une immunité altérée. Par exemple, on va vacciner systématiquement les enfants souffrant de cirrohse. Il faut toujours s’assurer que leur vaccination est à jour.
Si un enfant est malade le jour de la vaccination, est-ce qu’il doit être vacciné?
Non, un enfant malade ne doit pas être vacciné. D’ailleurs, les infirmiers et auxiliaires de santé, en charge de la vaccination dans les centres de santé, sont bien formés sur cette situation. Ils savent, par exemple, que lorsqu’un bébé ne tête pas ou ne respire pas bien, ou qu’il fatigué ou a de la fièvre, ils doivent recommander une consultation pédiatrique avant la vaccination. Un enfant malade ne sera donc vacciné qu’après sa guérison. Le report de la vaccination n’a pas d’incidence sur l’efficacité du vaccin.
Est-ce qu'il y a un risque si un enfant a raté un ou plusieurs vaccins ou s'il n'a pas été vacciné ?
Normalement, on peut se rattraper et reprendre la vaccination depuis le point où elle s’est arrêtée. Même si l’enfant n’a jamais reçu de vaccin ou même s’il en a raté quelques uns, il est toujours possible de reprendre la vaccination. Le ministère de la Santé et les sociétés savantes élaborent des calendriers de rattrapage vaccinal pour les enfants ayant raté leur vaccination ou qui n’ont pas été vaccinés.
Quels sont les vaccins qu'on doit administrer aux enfants et jusqu'à quel âge?
Le programme national  comprend le BCG à la naissance, ceux contre l’hépatite virale type B, la poliomyélite, le pneumocoque, la rougeole, la rubéole, le rota virus, la diphtérie le tétanos et la coqueluche et les infections invasives dues à l'haemophilus influenza de type B. Ce programme couvre les enfants de la naissance jusqu’à l’âge de 5 ans.
Il est difficile pour un enfant d'être piqué. Que préconisez-vous pour que la vaccination se passe sans grande douleur physique, ni psychologique ?
Un vaccin n’est pas très douloureux. C’est le vécu qui est difficile. Ainsi, chez le nourrisson, ce n’est pas le vaccin qui lui fait mal. C’est la façon avec laquelle on va le prendre et le fait qu’il ne comprend pas ce qui se passe autour de lui qui amplifient sa douleur. Malheureusement, souvent les enfants, plus âgés, ne sont pas rassurés et préparés pour le jour de leur vaccin. Pire encore, on dit aux enfants que s’ils n’arrêtent pas de faire des bêtises, ils seraient emmenés chez le médecin qui va les piquer. Donc, l’enfant vit très mal le jour de la vaccination. Si on explique aux enfants ce que c’est que la vaccination et qu'on dédramatise son vécu, l’expérience ne va pas être pénible. Pour les nourrissions et les bébés, certains moyens pour minimiser ce ressenti douloureux existent. Il s’agit de moyens simples et faciles à utiliser. Par exemple, pour les bébés qui têtent le sein, il faut les mettre au sein car ce dernier a un rôle antalgique. Il faut aussi laisser le bébé dans les bras de sa maman, car cela diminue son stress. On peut aussi proposer des solutions sucrées qu’on va donner aux bébés, car il est prouvé scientifiquement que le glucose donné au bébé, par une tétine ou une via une petite seringue ou dans un biberon, a également un effet antalgique. Il existe aussi des patchs d’anesthésie locale. Au fait, il y a plusieurs moyens pour améliorer l’expérience de la vaccination.

Commentaires

  • Saha | هل يجوز تلقيح الطفل وهو مريض ؟! ..الجواب مع الدكتورة منى صبيب

    […] التي قد تؤدي إلى الوفاة أو الإعاقة. وفي حوارها مع Saha.ma أكدت الدكتورة منى صبيب طبيبة أطفال على ضرورة تطعيم […]

Laisser un commentaire