عربية

Le variant anglais débarque au Maroc.

Le variant anglais débarque au Maroc.
Il fallait s'y attendre. Le variant anglais du covid-19, réputé pour sa rapide contagion, a été détecté au Maroc. L'annonce à été faite par le ministère de la Santé la nuit du lundi 18 janvier. C'est au niveau du port de Tanger Med que ce cas a été détecté. Il s'agit d'un marocain en provenance d’Irlande, qui selon les autorités sanitaires, a été mis en isolement sanitaire à Casablanca. Les personnes qui étaient en contact avec ce dernier sont également suivies par les équipes médicales. Face à cette situation pour le moins très inquiétante, «les autorités marocaines ont décidé d'interdire, l'accès au territoire national, à partir d’aujourd’hui 19 janvier 2021 et jusqu’à nouvel ordre, des avions et des passagers en provenance d'Australie, du Brésil, d'Irlande et de Nouvelle-Zélande », annonce le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger. Ces pays s’ajoutent à ceux déjà concernés par cette mesure. Il s’agit du Royaume Uni, L’Afrique du Sud, le Brésil et le Danemark. Bien entendu, ce cas rappelle le premier cas que le Maroc a connu l'année dernière. Depuis la pandémie ne cesse de se propager. Avec le nouveau variant anglais, la situation risque de se compliquer davantage au regard de sa dangerosité et de la rapidité de sa contagion. Notre système de Santé, historiquement fragile, pourra-t-il tenir face à la mutation du coronavirus ? Le gouvernement avait promis au marocains un vaccin chinois puis un autre indien sans que ni l'un ni l'autre ne soit livré. Pour le moment, seuls les pays riches ont commencé à vacciner leurs populations (saha.ma). Cela dit, selon les spécialistes, le nouveau variant anglais est susceptible d'être traité par les vaccins développés actuellement pour traiter le covid-19.  Il faut cependant rappeler que deux autres variants ont également fait leur apparition. Il s'agit de celui Sud-africain et celui Japonais. Pour ces derniers il n'y a pas pour le moment de recul scientifique qui permet de dire si les vaccins développés actuellement peuvent en venir à bout. En attendant des jours meilleurs, la vigilance reste de mise.  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire