عربية

Inquiétudes malgré l’allégement des restrictions. Explications du Dr Hamdi .

Inquiétudes malgré l’allégement des restrictions. Explications du Dr Hamdi .

Avec l'amélioration de la situation sanitaire et la levée des restrictions liées à la pandémie causée par le coronavirus, dans plusieurs pays, beaucoup de  personnes laissent tomber les masques,  retrouvent la liberté et renouent avec une vie plus au moins normale. Elles sont surtout encouragées par le recul de l’épidémie et  les campagnes de vaccination menées un peu partout dans le monde. Ceci étant, au Maroc comme ailleurs, les inquiétudes sociales persistent et les gens se posent les questions  entre autre sur  l'impact à terme de la levée des restrictions,  la liberté de circulation retrouvée, les voyages,  le passeport ou l'attestation. vaccinale... Ils veulent surtout savoir si la situation sanitaire reste sous contrôle avec l'allégement des restrictions,  et si l'état actuel de la vaccination est suffisant pour avoir une immunité collective et éviter la propagation du virus ou des variants?.

Le virus circule toujours 

Pour Dr Taeb Hamdi,  Médecin Chercheur en politiques et systèmes de santé, ces questionnements sont logiques mais à chaque fois qu'il y a allégement des restrictions liées à la pandémie du Covid-19, les gens retrouvent une certaine liberté, sortent davantage  dans les lieux publics et participent à des rassemblements ou activités et dans ce cadre, le virus a plus de chance de se propager. Et c'est confirmé par des études.   "C'est un virus qui se transmet d'une personne à une autre  et il est de fait lié à  l'activité humaine. Il est possible toutefois d'éviter sa propagation en respectant les gestes barrières, la distanciation sociale et le port du masque ", a t-il précisé. Il  explique que le Maroc a  géré la crise sanitaire du Covid-19  pendant plusieurs mois avec en appui des  actions pour minimiser la portée de la chaîne de contamination de l’épidémie entre autres le verrouillage des frontières, l'interdiction des rassemblements, la limitation de la mobilité des personnes , la vigilance dans le suivi de la situation épidémiologique et d'autres mesures drastiques  notamment pendant le mois de ramadan, qui lui ont permis d''éviter le pire. "Aujourd'hui la campagne vaccinale avance mais vu le nombre de personnes vaccinées, le Maroc est encore loin de l'immunité collective et de fait le retour à l'état normal est encore loin", a t-il ajouté. Pour lui, l'immunité collective sera difficile à atteindre pour le moment que ce soit au niveau national ou international. Il cite plusieurs facteurs notamment la  lenteur de la vaccination dans plusieurs pays puisse les  pays riches s'accaparent les vaccins Anti-Covid-19.  

 
Capture decran 2021 06 13 a 19 37 45 "En plus de la production des vaccins qui  ne peut  répondre  à tous les besoins au niveau mondial, les pays riches  commencent à vacciner les enfants, programment une 3ème dose pour les personnes immunodéprimées et  prochainement le vaccin rappel", a  précisé Dr Hamdi. 

De fait,  les gestes barrières, les bavettes et la distanciation sociale s'imposent  même après l'allégement des restrictions au Maroc surtout qu'on est encore loin de l'immunité collective.  Dr Hamdi a par ailleurs souligné qu'il est normal d'enregistrer une certaine hausse des contaminations après la levée des restrictions mais qu'il est important de ne pas avoir des cas graves en réanimations et des décès. Et appelle les  personnes ayant plus de 40 ans de  se faire vacciner le plus tôt possible par ce que le virus circule toujours.  Il indique aussi qu'un retour en arrière est  possible  si l'immunité collective n'est pas atteinte et  l'épidémie persiste.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire