recherche pompier celibataire rencontre de femme italienne عربية

« Prescrire » publie une liste de 105 médicaments « plus dangereux qu’utiles ».

« Prescrire » publie une liste de 105 médicaments « plus dangereux qu’utiles ».
La revue médicale "Prescrire" a publié, début décembre, sur son site sa liste annuelle des médicaments "plus dangereux qu'utiles". Cette année, 105 médicaments sont listés et qui présentent "une balance bénéfices-risques défavorable".  Ils servent à soigner plusieurs pathologies dont les cancers, les accidents cardiovasculaires,  le diabète, les allergies, l'arthrose, la maladie d'Alzheimer, la sclérose en plaques, etc.

Pour "Prescrire", ces médicaments "exposent à des risques disproportionnés par rapport à leurs bénéfices. On trouve des "médicaments anciens dont l'utilisation est dépassée" ou des "médicaments récents, dont la balance bénéfices-risques s'avère moins favorable que celle de plus anciens" ou encore de "médicaments dont l'efficacité n'est pas prouvée au-delà de celle d'un placebo et qui exposent à des effets indésirables particulièrement graves".

Ceci étant, la revue précise que parfois ce n'est pas le médicament en lui-même qui est déconseillé mais "seulement une forme ou un dosage particulier".

Les changements par rapport à la liste de l'année dernière

La nouvelle liste des médicaments à écarter de la revue "Prescrire" par rapport à celle de l'année dernière comprend  deux nouveaux :

  • la fenfluramine (Fintepla), un amphétaminique autorisé dans le traitement de la maladie de Dravet, une forme rare et grave d'épilepsie infantile, alors qu'elle expose à "des états de mal convulsif plus fréquents et à des risques cardiovasculaires graves à long terme".
  • l'ulipristal dosé à 5 mg (Esmya), utilisé pour soigner des fibromyomes utérins. De nouveau autorisé alors que son autorisation de mise sur le marché avait été supendue, ce médicament est "à écarter en toutes circonstances", selon la revue, parce qu'il il expose "à des atteintes hépatiques graves, justifiant parfois une transplantation hépatique".
Trois médicaments retirés de la liste 

La revue "Prescrire" a retiré de sa liste trois médicaments parce qu'ils ont montré "une efficacité sur des critères cliniques malgré leur profil d'effets indésirables très chargés". A savoir :

  • les glifozines, utilisées pour traiter le diabète de type 1 ou 2, l'insuffisance cardiaque et l'insuffisance rénale chronique.
  • la ciclosporine en collyre, que la revue déconseille toujours pour traiter "la sécheresse occulaire avec kératite sévère" mais plus pour "les formes sévères de kératoconjonctivite vernale, une forme rare d'allergie saisonnière sévère".
  • la cimétidine, un antihistaminique qui, en raison de l'indisponibilité de la ranitidine, est "le seul avec une forme adaptée à une prise par les nourrissons atteints de reflux gastro-oesophagien compliqué par une oesophagite".

A cela s'ajoute trois autres médicaments en raison de l'arrêt de leur commercialisation : l'attapulgite (troubles intestinaux), l'association à dose fixe estrogènes conjugués équins + bazédoxifène (ménopause) et l'association prednisolone + salicylate de dipropylène glycol (entorse, tendinite).

Vous trouverez la liste complète des 105 médicaments à éviter selon la revue "Prescrire" en téléchargement gratuit sur leur site.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire