Saha.ma

Gougerot-Sjögren, maladie auto-immune avec les femmes en première ligne

A l’occasion de la journée journée Mondiale du Gougerot-Sjögren ou syndrome sec, célébrée le 23 juillet, l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) lève le voile sur ce syndrome qui touche entre 0,1 à 0.2 % de la population dont 90 %  des femmes, soit quelques dizaines de milliers de femmes au Maroc, et aux conséquences parfois très sévères (Cancers, handicaps divers, invalidité, malformation du cœur d’un futur bébé…), précise dans un communiqué de presse, Dr Moussayer khadija, Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie, Présidente d’AMMAIS. Elle explique que c’est important de sensibiliser sur cette  pathologie auto-immune. ” A l’heure actuelle, il n’est pas possible d’en guérir mais on peut en amoindrir les conséquences les plus néfastes”.

Un syndrome aux conséquences potentiellement graves

Pour Dr Moussayer, le Gougerot-Sjögren fait partie des maladies auto-immunes dont la cause provient d’un dysfonctionnement du système immunitaire. Elle provoque une inflammation des glandes lacrymales et salivaires avec un syndrome sec, une atteinte d’autres glandes de la peau, de l’estomac ou du pancréas.

” La maladie est susceptible d’affecter d’autres organes : articulations, foie, poumons, reins, système nerveux… Elle est aussi la cause de cancers, les lymphomes, dans 8% des cas, ainsi que d’une possible altération du cœur du foetus en cas de grossesse”.

La maladie se caractérise par:

  • La sécheresse des yeux qui se manifeste par une rougeur et un inconfort avec parfois difficulté d’ouverture spontanée des yeux….
  • L’insuffisance de la salive qui donne notamment des troubles de la mastication et de la déglutition avec des douleurs buccales.
  • Une fatigue intense qui est fréquente avec parfois un changement de couleur des doigts (blanchissement) appelé « syndrome de Raynaud », des douleurs et inflammations des articulations et des muscles…

Pour Dr Moussayer, la sécheresse de la bouche et des yeux n’est pas exclusive à cette  maladie. Elle peut en effet découler de la prise de certains médicaments, de l’avancement dans l’âge, des suites d’infections virales…

Pas de traitement radical, mais…

La Présidente d’AMMAIS affirme qu’il n’existe pas de traitement radical de la maladie, mais la sécheresse des yeux peut être contrôlée à l’aide de substituts de larmes, tout en évitant les expositions au vent, à la vapeur et à la climatisation. “On peut aussi réduire la sécheresse de la bouche grâce à l’emploi de salives artificielles et le maintien d’une bonne hygiène buccale”, précise t-elle. En revanche, l’inflammation de certains organes nécessite le recours à la cortisone et / ou à des immunosuppresseurs (qui réduisent l’hyperactivité pathologique du système immunitaire).

Pour les cas les plus graves, il est privilégié les biothérapies qui  recouvrent l’utilisation thérapeutique de substances d’origine biologique, moléculaires ou cellulaires.

Dr Moussayer explique qu’en ciblant une molécule ou une cellule clé, les biothérapies ont révolutionnés le traitement des maladies auto-immunes. Seul bémol est que ces nouvelles molécules sont d’un coût élevé avec 60 000 dirhams au minimum pour un traitement.

 

À lire aussi
commentaires
Loading...