Saha.ma

SARS-CoV2 : La Déxamethasone, le miracle de Recovery

Après l’échec cuisant de l’essai européen Discovery qui devait évaluer l’efficacité et la sécurité de quatre protocoles thérapeutiques expérimentaux sur des patients atteints par le SARS-CoV2 et qui a d’ailleurs  fait l’objet d’un article publié le 3 juin 2020* par saha.ma, l’essai clinique Recovery lancé par les britanniques vient de livrer ses premiers résultats.

Pour rappel, Recovery a été lancé  en avril 2020 avec initialement la participation de 132 hôpitaux au Royaume Uni. Il devait se généraliser ensuite pour devenir le plus large essai clinique au monde de traitement de la COVID‑19 en impliquant 5400 personnes infectées dans 165 hôpitaux.

L’essai devait tester différents médicaments pour leur capacité à traiter des infections sévères: lopinavir/ritonavir, déxamethasone (un anti-inflammatoire stéroïdien), tocilizumab, plasma de convalescents, hydroxychloroquine, et azithromycine (un antibiotique).

Le mardi 16 juin, les premiers résultats ont été rendus publics par les responsables de l’essai clinique britannique :

La Déxamethasone réduit d’un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le Covid-19.

Dans un communiqué, les responsables de l’essai Recovery affirment que “une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle“.

C’est une avancée majeure dans la quête de nouvelles manières de traiter les malades du Covid “, s’est réjoui dans un autre communiqué le Pr Stephen Powis, directeur médical du NHS, le service public de santé britannique.

Par ailleurs,  le Pr Peter Horby, de l’université d’Oxford, l’un des responsables de l’essai affirme « le bénéfice en termes de survie est important chez les patients qui sont suffisamment malades pour avoir besoin d’oxygène, pour qui la Déxamethasone devrait désormais devenir le traitement de base » et de poursuivre : « la Déxamethasone n’est pas chère, déjà commercialisée et peut être immédiatement utilisée pour sauver des vies à travers le monde ».

Devant ce succès retentissant de la Déxamethasone , le Royaume Uni indique qu’il allait même l’utiliser pour traiter les britanniques atteint du SARS-CoV2.

La Déxamethasone, un médicament miracleux

La Déxaméthasone est connu pour son effet anti-inflammatoire puissant. Dans le cadre de l’essai Recovery, 2.104 patients ont reçu ce médicament pendant 10 jours. En comparant l’évolution de l’état des ces patients traités à celui de 4.321 autres patients qui ne l’avaient pas reçu, les chercheurs ont conclu que:

le traitement a réduit d’un tiers la mortalité chez les malades placés sous ventilation artificielle c’est-à-dire des malades gravement atteints dans un état critique pour lesquels les traitements classiques n’ont donné aucun résultat probant.

Ils affirment par ailleurs que la mortalité a été réduite de 20% chez des patients moins gravement atteints, à qui on administrait de l’oxygène grâce à un masque, sans les intuber. En revanche, le traitement a été sans effet  pour les patients qui ne nécessitaient aucune assistance respiratoire.

Quel mode d’action sur la maladie ?

La Déxamethasone qui est utilisée en milieu hospitalier depuis des dizaines d’années notamment en réanimation pour traiter le syndrome de détresse respiratoire aiguë, s’avère la solution toute indiquée pour traiter  les patients gravement atteints par le SARS-CoV2. C’est-à-dire les malades en phase 2 au cours de la quelle le virus a atteint les poumons et où une réaction immunitaire extrêmement importante entraîne un manque d’oxygène et provoque un syndrome de détresse respiratoire aiguë. Elle permet donc d’atténuer l’effet inflammatoire dû à la réaction immunitaire excessif  de l’organisme et qui est souvent la cause indirect du décès des patients.

Concrètement, La Déxamethasone agit en baissant les défenses immunitaires du patient intubé et ventilé en réanimation et permet ainsi de diminuer la réaction inflammatoire excessive de l’organisme qui essaye des se défendre contre le SARS-CoV2.

 

Un remède efficace … mais !

La Déxamethasone bien qu’elle s’avère efficace contre le SARS-CoV2, elle entraîne des effets secondaires intrinsèques à son action sur l’organisme humain. Aussi, la prise de ce médicament augmente le risque pour le patient  de développer des infections bactériennes ou des mycoses  puisque les défenses immunitaires sont volontairement affaiblies. Malgré ces effets secondaires, le risque est inférieur aux bénéfices attendus dans le traitement des patients atteints du SARS-CoV2 et se trouvant en phase critique. Les résultats de l’essai Recovery en ce qui concerne la Déxamethasone, sont très encourageants car ils attestent de l’efficacité de ce médicament pour le traitement des malades gravement atteints par le SARS-CoV2.

Toutefois ce médicament comme le précise les responsables de cet essai clinique, n’a aucun effet sur les malades ne nécessitant pas d’assistance respiratoire c’est-à-dire les malades se trouvant en début de prise en charge sanitaire et dont l’état n’est pas trop grave. C’est pour dire que ce traitement pourrait parfaitement compléter celui du Professeur Raoult qui préconise l’utilisation de l’Hydroxychloroquine combinée à l’Azithromycine pour les malades souffrant de la Covid19 mais n’ayant pas atteint un stade avancé de l’infection.

Dr. Issam BADREDDINE

Biologiste, Expert en Développement Durable 

* https://saha.ma/saha-actu/sars-cov2-discovery-un-echec-retentissant/

À lire aussi
commentaires
Loading...