عربية

SARS-CoV2 : le masque bio…dégradable, l’ami de la nature et de l’homme

SARS-CoV2 : le masque bio…dégradable, l’ami de la nature et de l’homme
  En ces temps de pandémie, se protéger du Sars-CoV2 est essentiel et légitime, mais il ne faudrait pas pour autant en oublier notre environnement. Alors que la pollution causée par les masques chirurgicaux jetables ne cesse d’augmenter partout dans le monde, des chercheurs et ingénieurs se lancent dans la conception de masques biodégradables. Les travaux de certaines jeunes entreprises déjà engagées dans la mise au point de matériaux écologiques ont été accélérées par la Covid-19 pour aboutir à des solutions innovantes. De la canne à sucre et du café !  Des chercheurs australiens de la Queensland Technological University ont ainsi réussi à développer un modèle de masque en nano-cellulose, fabriqué à partir de déchets végétaux notamment des  résidus de canne à sucre. D'autres partant du même principe, utilisent comme matériau de base : la fibre de café, c'est le cas d'une entreprise vietnamienne qui a adopté un procédé de fabrication consistant à broyer du marc de café avec du plastique recyclé, afin d'obtenir une matière tissable, pour en faire une fine feuille filtrante à la fois lavable et réutilisable. Le filtre logé à l’intérieur du masque est biodégradable avec une durée de vie d’environ 30 jours. Du chanvre dans des masques français Ces innovations bien que prometteuses ne seront pas brevetés de si tôt. Par ailleurs une start-up française spécialisée dans la fabrication de matériaux de construction en chanvre a mis au point depuis quelques semaines, un masque de protection bio, à base de fibres végétales (chanvre) 100% compostable. Ce masque  certes indiscret, demeure toutefois efficace et naturel. La course au masque biodégradable est définitivement lancée et des solutions plus innovantes les unes que les autres seront bientôt accessibles au public en particulier celui qui est éco-responsable et soucieux de la préservation de la nature.   Toutefois, attention à la mauvaise interprétation de la caractéristique « biodégradable » de ces masques. Cela ne veut en aucun cas dire qu’il est permis de les jeter dans la nature.   Dr. Issam BADREDDINE Biologiste, Expert en Développement Durable

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire