عربية

SARS-COV2 : L’immunité grégaire, le pari fou des Pays-Bas et de la Suède 

SARS-COV2 : L’immunité grégaire, le pari fou des Pays-Bas et de la Suède 
Au tout début de la pandémie du SARS-COV2, la plupart des pays européens ont opté à l’instar de la Chine, pour le confinement de la population. Toutefois, certaines nations du vieux continent ont opté pour une autre stratégie basée sur le principe de l’immunité grégaire ou collective pour contrer la pandémie. Il s’agit notamment du Royaume Uni, de la Suède et des Pays-Bas. L'immunité grégaire (ou immunité de communauté ou immunité collective ou encore immunité de groupe) est le phénomène par lequel la propagation d'une maladie contagieuse  peut être enrayée dans une population si un certain pourcentage des individus est immunisé, par exemple par vaccination ou parce qu'après avoir été contaminés,  ils n'ont pas développé la maladie ou en ont guéri.  Partant de là, plus le taux de personnes immunisées augmente et plus le risque pour une personne non-immunisée de rencontrer un malade et d'attraper sa maladie diminuent. Au-dessus d'un certain seuil, il devient impossible pour la maladie de se maintenir dans la population et elle finit par disparaître. Ce seuil d'immunité grégaire dépend, entre autres, de la contagiosité de la maladie. L’immunité grégaire serait en théorie la formule magique que le  Royaume Uni, la Suède et les Pays-Bas ont adoptés pour combattre le SARS-COV2. Mais cela sans compter sur le taux  élevé de contagiosité du SARS-COV2. 1.000 premières personnes infectées contaminent 2.500 personnes. Jean-Stéphane DHERSIN, mathématicien français spécialiste de la modélisation des épidémies, explique que pour le SARS-COV2, on estime que le taux de reproduction ou de contagiosité appelé également R Zéro (Ro) tourne autour de 2,5. Autrement dit, les 1000 premières personnes infectées vont transmettre à 2500 personnes. "Si on ne fait rien, cette courbe augmente de façon exponentielle. Une fois que la moitié de la population est immunisée, un malade va contaminer en moyenne 1,24 personne. Et si 60 % de la population a été en contact avec le virus, vous ne le transmettez qu’à une seule personne. Quand vous arrivez à un taux de reproduction de 1, l’épidémie ne se propage plus. »,a t-il expliqué. En somme, pour enrayer l'épidémie, il faut que ce Ro chute en dessous de 1. A noter que le Ro de la grippe est de l'ordre de 1,3, celui du VIH entre 2 et 5, et celui de la rougeole dépasse 12. De fait, SARS-COV2 est deux fois plus contagieux que la simple grippe saisonnière. La Royaume Uni : virement à 180 °après l’immunité de groupe Quelques semaines après l’adoption de la stratégie de l’immunité de groupe, le Royaume Uni  a enregistré un nombre important de cas positifs au virus couplé à un taux de mortalité jugé inquiétant. Le 6 avril a marqué un tournant décisif dans la  stratégie britannique anti SARS-COV2: Boris JOHNSON, premier Ministre du Royaume Uni, testé positif au virus, a été hospitalisé d’urgence à Londres. A sa sortie de l’hôpital, il a déclaré le confinement obligatoire des britanniques. Les Pays-Bas et la Suède…  à contre courant Le gouvernement hollandais avait au début annoncé aller vers l’immunité collective, mais préfère aujourd'hui parler de “confinement intelligent”. Il s’agit d’un appel à l’autodiscipline afin d’éviter un confinement strict comme celui adopté par la Chine, l’Italie ou encore la France. A la différence des Pays-Bas, la Suède n’a jamais évoqué officiellement l’immunité collective... Pourtant, les Suédois profitent encore des terrasses de restaurants et mènent une vie quasi semblable à celle de l’avant SARS-COV2 ! Dans les deux pays, la population n’est pas contrainte, à ce jour, à rester chez elle. Pour les épidémiologistes, l’approche adoptée par ces deux pays demeure  très risquée, elle met en péril les efforts déployés par les pays voisins et l’Union Européenne. La question qui se pose maintenant, n’est pas de savoir si la Suède et les Pays-Bas, vont changer de stratégie mais plutôt à partir de quel seuil la situation deviendra intolérable pour les médecins et la population?. Wait and see Dr. Issam BADREDDINE Biologiste , Expert  en Environnement et Développement Durable

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire