عربية

SARS-Cov2 : L’ONU s’inquiète pour l’Afrique

SARS-Cov2 : L’ONU s’inquiète pour l’Afrique
« Il faut impérativement faire preuve de solidarité mondiale avec l’Afrique »  c'est le message adressé  par António Guterres, Secrétaire Général de l’ONU  à l’Afrique et au reste du Monde, le mercredi  20 mai 2020.

 Le nombre de cas signalés est plus faible que ce que craignait l’ONU

Au début de son allocution, le Secrétaire Général de l’ONU a tout d’abord rappelé qu’à ce jour l’Afrique a bien réagi face à la pandémie COVID19 , « à ce jour, le nombre de cas signalés est plus faible que ce que l’on craignait » précisa t-il. António Guterres indique d’ailleurs que le virus n’a fait à ce jour que 2500 morts en Afrique et félicite les pays africains ainsi que l’Union Africaine pour tout ce qu’ils ont déjà entrepris pour contrer la pandémie et en atténuer les effets sur les populations. Il précise que cette bonne gestion de la pandémie est principalement le fruit des efforts des pays africains qui ont réagi vite et efficacement à la pandémie en fermant leurs  frontières assez tôt et en adoptant le confinement de leurs populations.

La pandémie aggravera  les inégalités existantes

Le secrétaire général a rappelé également que  ces dernières années, les pays Africains ont fait beaucoup pour améliorer le bien-être des peuples du continent, que la croissance économique a été forte, que la  révolution numérique s’est installée et qu’une zone de libre-échange a été décidée. Pour lui, ces efforts devront être consolidés car la pandémie menace les progrès accomplis,« Elle aggravera les inégalités existantes et accentuera la faim, la malnutrition et la vulnérabilité face à la maladie» déclara t-il  tout en précisant que la demande pour les produits africains de base, le tourisme et les envois de fonds sont en baisse que l’ouverture de la zone de libre-échange a été reportée et des millions de personnes pourraient basculer dans la pauvreté extrême.

l’ONU,  solidaire avec les peuples et les gouvernements africains

Il exprime enfin dans son allocution  sa solidarité la plus totale avec les peuples et les gouvernements africains dans leur lutte contre le COVID-19, avant de présenter une synthèse de la note de l’ONU préparé à cette occasion et dont les principales dispositions sont les suivantes : -Nécessité d’une mobilisation internationale pour renforcer les systèmes sanitaires en Afrique, maintenir les chaînes d’approvisionnement alimentaire, éviter une crise financière, soutenir l’éducation, protéger les emplois, maintenir les ménages et les entreprises à flot et protéger le continent contre les pertes de revenus et de recettes d’exportation. -Les pays d’Afrique doivent bénéficier du même accès rapide, équitable et abordable à tout vaccin et traitement à venir, qui doivent être considérés comme des biens publics mondiaux. 

Pour l’Afrique : 200 milliards de dollars de soutien additionnel

Le secrétaire général de l’ONU a par ailleurs déclaré avoir  demandé un plan de relance mondiale qui représente au moins 10 % du produit intérieur brut global. « Pour l’Afrique, cela signifie plus de 200 milliards de dollars de soutien additionnel de la part de la communauté internationale » déclara-t-il. Concernant le volet de la dette, GUTERES affirme continuer de plaider en faveur d’un cadre global de la dette, à commencer par un gel généralisé de la dette des pays qui ne peuvent pas en assurer le service, suivi d’un allègement ciblé de la dette et d’une approche globale des questions structurelles de l’architecture internationale de la dette, afin de prévenir les défauts de paiement. Le Secrétaire Général de l’ONU a également rappelé que les femmes seront indispensables à tous les niveaux de la réponse face à la pandémie. Pour lui,  les plans de relance doivent en priorité mettre de l’argent à leur disposition et renforcer leur protection sociale. Il n’a pas pour autant oublié la jeunesse africaine « Nous devons donner aux jeunes Africains les moyens d’agir. Les droits humains de chacun doivent être respectés. » affirma t-il. Il affirme par ailleurs que la pandémie en Afrique n’en est qu’à ses débuts, et les perturbations pourraient s’intensifier rapidement. « Il faut impérativement faire preuve de solidarité mondiale avec l’Afrique – dès aujourd’hui et pour mieux se redresser. » précisa-t-il avant de clôturer  son message  par une phrase qui exprime toute l’urgence de la situation  en Afrique: « Il est indispensable de mettre fin à la pandémie en Afrique, pour y mettre fin dans le monde entier.»  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire