عربية

Traitements préventifs contre Covid-19 testés sur les soignants

Traitements préventifs contre Covid-19 testés  sur les soignants
En attendant un vaccin efficace et disponible contre Covid-19, les essais se multiplient partout dans le monde. Parmi les plus marquants, Covidaxis, un PHRC (programme hospitalier de recherche clinique) porté par le CHU de Saint-Étienne en France, qui est un essai de chimioprophylaxie de l’infection Covid-19 chez les soignants exposés à des cas confirmés et des cas suspects de Covid-19. Il s'agit selon Pr Élisabeth Botelho-Nevers, responsable du service d'infectiologie et coordinatrice du programme,  de tester des  médicaments qui pourraient prévenir l'infection. "Des soignants volontaires prendront un comprimé par jour pendant 2 mois et il s'agit soit de la molécule PST hydroxychloroquine soit un placebo et on verra par la suite dans quel groupe il y aura le moins de contaminations"  a expliqué Pr Élisabeth Botelho-Nevers à des médias français. Le seconde volet  de ce programme porte sur l'essai de lopinavir/ritonavir versus placebo. "Ce deuxième essai devrait débuter sous peu. Covidaxis est donc un essai adaptatif : un comité indépendant va pouvoir proposer des adaptations  selon les données de l’essai et de la littérature. Si les premiers résultats montrent par exemple un déséquilibre entre les bras, nous pourrons être amenés  à arrêter précocement un volet de essai", a t-elle ajouté  en précisant que cet essai est destiné aussi bien aux soignants hospitaliers qu'aux soignants libéraux et dans les EHPAD où le personnel est fortement exposé à la contamination.  Pr Élisabeth Botelho-Nevers a expliqué le choix de tester l’hydroxychloroquine sans l’associer à l’azithromycine par ce qu'il y a, selon elle, des prophylaxies qui peuvent protéger d’une infection, mais ne sont pas efficaces pour traiter cette même maladie. "Nos sujets ne sont pas malades, donc nous allons tester avec eux des molécules dont la tolérance est globalement bonne. L’association hydroxychloroquine/azithromycine, étant donné que ces deux médicaments peuvent être pourvoyeurs de torsades de pointe, ne présentent pas la même tolérance. Pour des sujets infectés, on peut surveiller l’ECG mais sur une prophylaxie de long terme, ce n’est pas faisable" a t-elle précisé. A noter que le projet Covidaxis  est mené par le CHU de Saint-Étienne en partenariat avec l’institut Pasteur de Paris et le professeur Bruno Hoen est le responsable scientifique de l’essai. Les essais cliniques anti viraux contre le covid-19 ont été par ailleurs lancés début  avril au CHU de Saint-Etienne qui a intégré l'essai européen "Discovery" pour évaluer 4 médicaments identifiés comme prioritaires par l'OMS sur des patients. Parmi ces médicaments : l'hydroxychloroquine. Bon à savoir:
  • La prophylaxie désigne le processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l'apparition, la propagation ou l'aggravation d'une maladie.
  • L’hydroxychloroquine: Un médicament indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et du lupus érythémateux disséminé pour ses propriétés anti-inflammatoires et immuno-modulatrices.
  • L’azithromycine: un antibiotiques de la famille des macrolides, utilisée pour traiter certaines infections bactériennes.
  • Torsade de pointe: Un trouble du rythme cardiaque relativement rare au cours duquel le coeur bat très vite et risque de s'arrêter.
  • L’ECG: mesure et enregistre l'activité électrique qui traverse le cœur.
  • Discovery: L'essai européen Discovery  contre Covid -19 teste quatre traitements sur 3.200 patients avec l'objectif de trouver un traitement parmi quatre médicaments existant contre d'autre maladies, dont la chloroquine (paludisme), le remdesivir (Ebola) ou encore le Kaletra (Sida).

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire