عربية

Un cocktail d’anticorps prometteur d’AstraZeneca contre Covid-19

Un cocktail d’anticorps prometteur d’AstraZeneca contre Covid-19
Le laboratoire britannique AstraZeneca a annoncé un nouveau vaccin composé d'un cocktail d'anticorps, qui réduirait de 67% les cas graves et mortels de Covid-19, par rapport à un placebo. Il a révélé dans un communiqué de presse  lundi 11 octobre 2021 les résultats concluants d'un essai clinique en phase 3 concernant un traitement préventif du Covid par anticorps. Le laboratoire avait par ailleurs demandé l'autorisation d'utiliser le vaccin, qui porte le nom AZD7442, auprès des autorités britanniques et en  août denier auprès de la Food and Drug FDA  aux Etats-Unis.
Le vaccin AZD7442 contient des anticorps de laboratoire
Le  professeur britannique Hugh Montgomery, professeur de médecine de soins intensifs à l'University College London et l'un des principaux chercheurs dans ce domaine médical, a expliqué que la persistance des cas graves dans le monde nécessite l'existence de nouveaux traitements pour protéger les personnes à risque, notant que le vaccin AZD7442 contient des anticorps de laboratoire et est conçu pour rester en place En cas d'infection, le virus sera contenu dans l'organisme pendant plusieurs mois.  Penny Ward, professeure invitée en médecine pharmaceutique au King’s College de Londres a déclarée  en août dernier à France 24 que ce traitement devrait compléter l'arsenal anti-Covid, aux côtés du vaccin : "les deux poursuivent le même but : protéger contre les formes graves de la maladie".  C'est un traitement différent des anticorps monoclonaux servant à guérir et non à prévenir : "C’est la grande différence avec les vaccins qui, eux, cherchent à stimuler le système immunitaire pour qu’il fabrique lui-même ses anticorps, alors que ces traitements permettent d’injecter directement les anticorps jugés efficaces en laboratoire", explique  Penny Ward.
L'étude a eu lieu dans 13 pays, auxquels 903 volontaires adultes ont participé,
Les médias britanniques ont indiqué que l'étude a eu lieu dans 13 pays, auxquels 903 volontaires adultes ont participé, et que ses résultats seront publiés dans une revue scientifique pour que les experts et les scientifiques du domaine puissent les voir. Le communiqué de la société ajoute que 90 % des volontaires ayant participé à l'expérimentation appartiennent à des catégories de patients pouvant être considérés comme à risque d'infection aiguë par le Covid 19, y compris les personnes présentant des comorbidités, et qu'ils ont reçu un traitement dans les 5 jours suivant l'apparition de les premiers symptômes, après quoi des analyses préliminaires des résultats ont montré que le vaccin AZD7442 réduisait le risque d'infection sévère ou mortelle par le virus de 67% des cas, par rapport au médicament placebo.  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire