Saha.ma

SARS-CoV2 : la Corée du Nord déclare son premier cas de covid-19

Jusqu’à aujourd’hui, la Corée du Nord annonçait être épargnée par la covid-19, la pandémie qui a affectée pratiquement toutes les nations.  Au début du mois de juillet, lors d’une réunion du Parti des travailleurs, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se félicitait même du succès obtenu par le pays dans la lutte contre la Covid-19 et ce, “malgré la crise sanitaire mondiale”, avait-t-il déclaré.

 Fermeture des frontières et confinement de la population

Depuis le 30 janvier 2020 et pendant que le virus se propageait progressivement à travers le monde, la Corée du Nord a fermé ses frontières et a confiné sa population. Ceci a permis à Pyongyang de ne faire état d’aucun cas de la Covid-19, hypothèse peu probable selon des experts arguant que le virus apparu en Chine voisine s’est propagé à tous les continents. Le leader nord coréen avait  souligné l’importance de maintenir “une alerte maximale sans relâchement sur le front anti-épidémique”, ajoutant que le virus était toujours présent dans les pays voisins. “Il a averti à plusieurs reprises qu’un relâchement hâtif des mesures anti-épidémiques entraînerait une crise inimaginable et irrémédiable”, avait déclaré l’agence de presse d’Etat KCNA   .

Premier cas « suspecté » déclaré

Il n’a fallu que trois semaines pour que le SARS-CoV2 contredise Kim Jung-un et fasse une première victime nord coréenne. En effet, depuis dimanche 26 juillet, la Corée du Nord est en « alerte maximale » suite à un premier cas « suspecté » de Covid-19 dans le pays. Le leader nord-coréen  a présidé une réunion d’urgence le samedi 25 juillet  afin de mettre en place « un système d’urgence maximale et lancer le plus haut niveau d’alerte », a fait savoir l’agence officielle KCNA. La Corée du Nord a également ordonné auparavant le confinement, le 24 juillet dernier, de la ville de Kaesong, où a été détecté ce cas « suspecté ». Toujours selon l’Agence KCNA, ce premier cas concerne une personne qui avait fui le pays il y a trois ans de cela, mais qui serait finalement « rentrée le 19 juillet après avoir franchi illégalement la ligne de démarcation » avec la Corée du Sud.

Dr. Issam BADREDDINE

Biologiste, Expert en Développement Durable

À lire aussi
commentaires
Loading...