Saha.ma

Covid-19 : Y a t-il une surmortalité ignorée au Maroc?

Dr Khadija MOUSSAYER

Chaque soir, les autorités sanitaires publient  le nombre de décès du coronavirus. Ces chiffres ne tiennent pas toujours compte des décès de malades de cette infection qui seraient restés chez eux, ni d’une éventuelle surmortalité liée à un accès plus difficile aux soins dans les hôpitaux  ou plus généralement au renoncement aux soins, un phénomène confirmée récemment par le Haut Commissariat au Plan (HCP). D’où l’utilité de connaître la mortalité complète pendant la pandémie pour appréhender une éventuelle surmortalité due au covid-19.

La restriction de l’accès au soin

Selon une note fin juillet du HCP, la crainte de contamination et le manque de disponibilité des moyens sont les principaux motifs de la restriction des soins.

On observe ainsi que parmi les 11,1% de personnes souffrant de maladies chroniques ayant nécessité un examen médical lors du confinement, 45,2% n’ont pas eu accès à ces services et que parmi les 10,1% de personnes souffrant de maladies passagères et ayant nécessité une consultation, 37% n’ont pas pu en bénéficier. Il en a donc découlé un certain nombre de décès  qu’on se doit d’appréhender.

La surmortalité seule garante de la fiabilité des bilans

La surmortalité (l’excès de décès lors de la crise épidémique par rapport à une situation normale) permet d’avoir une vision statistique complète d’une épidémie. Cela passe par une comparaison des décès totaux dans la période de crise par rapport à un nombre de décès moyen fondé généralement sur la mortalité des cinq années précédentes.

L’écart constatée par rapport à cette moyenne, la surmortalité, assure d’englober tout à la fois les décès comptabilisés officiellement comme relevant  du Covid19,  la mortalité indirecte due  aux conséquences de l’épidémie (la restriction de l’accès au soin), et une mortalité directe  de personnes mortes du virus sans qu’on l’ait clairement identifiée. La réunion de ces 3  composantes donne le bilan final de l’épidémie. Il ne correspond pas uniquement  à des hausses de décès d’ailleurs, car la période en cause se traduit aussi par une baisse de la mortalité en raison de la réduction des déplacements et des activités (accidents de la route, accidents professionnels…).

Un outil toujours délicat et long à mettre en œuvre

Le premier écueil est celui  de l’attribution d’une cause déterminée à un décès d’une personne âgée, surtout passée 80 ans et quand elle souffre de polypathologies. Ce problème fait parfois encore débat, même en Europe. Dans l’incertitude d’une situation, le décès pourtant est normalement affecté au décompte des victimes de l’épidémie. La précision sur les causes de la mort et  la relative rapidité à effectuer ce chiffrage constituent la seconde difficulté. Au Maroc et en Afrique, ces analyses précises de la surmortalité font la plupart du temps encore défaut.

Une exception notable, tout de même, l’Afrique du Sud où des chercheurs du Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC), un organisme indépendant, estiment déjà  qu’environ 17 000 décès supplémentaires causés par  le coronavirus n’ont pas été enregistrés, entre mai et fin juillet, dans les statistiques officielles qui s’établissaient à seulement 8 800 morts !

Une meilleure connaissance de la surmortalité au Maroc serait pourtant fort utile pour le suivi de l’épidémie, pour le respect des standards internationaux recommandés par l’OMS et, ne serait ce qu’en mémoire de toutes les victimes !

L’écart entre surmortalité et bilan surtout hospitalier sera certainement beaucoup plus réduit qu’en Europe (une hausse de la surmortalité constatée de 50% entre fin mars et début avril), du fait d’une  proportion de personnes âgées (les victimes principales) beaucoup moins élevée dans nos pays encore jeunes. En tout état de cause, les évaluations actuelles entre les différents pays doivent être interprétées avec prudence du fait de l’hétérogénéité  des bases des calculs et des structures de la population : est-il raisonnable en effet de comparer certains pays d’Afrique Noire à la jeunesse débordante  avec une Italie vieillissante ?

Dr MOUSSAYER KHADIJA 

Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie en libéral, Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), Présidente de l’Alliance  des Maladies Rares au Maroc

À lire aussi
commentaires
Loading...