Saha.ma

Grippe et Covid-19: Déjouer le risque médical, épidémiologique, logistique, économique, social et scolaire.

La « Twindemie » nouveau terme anglo-saxon qui désigne l’épidémie de la grippe saisonnière au cours de la pandémie de COVID 19, pose plusieurs défis. La saison connait aussi d’autres infections respiratoires.

La grippe selon des études augmenterait les récepteurs du virus de COVID dans les cellules pulmonaires, la transmission du coronavirus par 2 voire 2,5. Les personnes vaccinées contre la grippe attraperaient moins le coronavirus, et avec moins de cas graves et de mortalité.

La Twindemic posera ainsi un problème de surmortalité qui concerne une bonne partie des populations fragiles face aux deux maladies sachant que la grippe tue, à elle seule, de 300 à 650 000 personnes par an. De fait, la saison grippale épuisera encore plus les professionnels de santé, engorgera les établissements de soins, les hôpitaux, les services de réanimation et risque de déstabiliser les systèmes de santé. Aussi, la similitude des symptômes épuisera les tests de diagnostic COVID, peu disponibles et indispensable pour le contrôle de la pandémie.

En l’absence d’un test fiable, rapide et à la portée (en cours de recherche) pour faire la différence entre la Covid-19 et les autres maladies dont la grippe, le recours à l’isolement et à la prise en charge des cas suspects sans tests, pèsera lourd sur la vie économique, scolaire et sociale. Autant ces mesures contraignantes sont acceptables et bénéfiques pour sauver conjointement les vies et l’économie, elles le seront moins si on pourrait les éviter par des mesures scientifiques, médicales ou épidémiologiques.

Des solutions ?

  • Vacciner le plus largement possible les populations fragiles, dés la mise à disposition des nouveaux vaccins antigrippaux, et obligatoirement les professionnels de santé.
  • Respect de mesures barrières (distanciation, masque, hygiène, aération des espaces clos, éviter les rassemblements ..). Ces mesures freinent l’épidémie Covid et en même temps l’épidémie grippale ainsi que d’autres maladies respiratoires et ce avec des moyens simples et des résultats considérables sur la préservation de notre santé, notre vie, celles de nos familles et de notre peuple, ainsi que sur l’activité économique, sociale et scolaire.
  • Il faudrait également prendre vite les mesures nécessaires pour adapter la riposte aux nouvelles donnes et limiter au maximum les contraintes d’isolement en allégeant le protocole thérapeutique essentiellement chez les jeunes cas positifs sans comorbidité, raccourcissant la durée d’isolement pour les positifs, en ramenant cette période de 14 à 10 jours puis à 7 jours. L’objectif étant d’encourager l’observance de l’isolement tout en accentuant le respect des mesures barrières par la suite (ces durées de 10 jours sont en application depuis des mois aux USA et en Grande Bretagne, de 7 jours depuis quelques semaines en France). 

Ceci étant, la sensibilisation de la population sur les symptômes des deux maladies s’avère importante. A cela s’ajoute la prise en charge au maximum des malades chez eux ou dans les centres de santé et cabinets médicaux et ne laisser admis aux hôpitaux que les cas symptomatiques avec des signes respiratoires aigus, pour éviter le débordement et les contaminations inutiles. L’apport des médecins libéraux, qu’il faudrait obligatoirement associer à cette stratégie, sera par ailleurs d’un apport inestimable.

Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé.

 

À lire aussi
commentaires
Loading...