Saha.ma

Dr Ghanimi Rajae: La télémédecine est la solution d’avenir

Saha.ma: La question des consultations virtuelles ou téléconsultation a été abordé par vous il y a quelques mois dans un article sur Saha.ma.  Aujourd’hui, des médecins en Europe et aux USA misent sur ce type de consultations dans le contexte actuel de Covid-19. Peut-on considérer que c’est désormais une réalité ?

La télémédecine, et en particulier la téléconsultation, avait du mal à démarrer et à prendre place dans différents pays, dont le Maroc. L’épidémie actuelle du Covid-19 a donné un coup de boost à cette médecine à distance.

Permettez-moi d’abord de revenir sur le concept de télémédecine ou la médecine à distance, qui est une nouvelle approche d’exercice de la médecine ayant  pour but d’améliorer l’accessibilité aux soins grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cette nouvelle pratique, est capable de révolutionner notre approche de la médecine et surtout améliorer la qualité, l’accessibilité et l’efficacité des soins médicaux.

Au Maroc, Le Dahir n° 1-15-26 du 29 rabii II 1436 (19 février 2015) portant promulgation de la loi n° 131-13 relative à l’exercice de la médecine prévoit la possibilité de déployer sur le territoire marocain la pratique de la télémédecine. Cette loi a été complétée par le décret n° 2-18-378 relatif à la télémédecine entré en vigueur en juin 2018. Ce décret prévoit les cinq actes de télémédecine, notamment , la téléconsultation, la télé expertise, la télésurveillance médicale , la téléassistance et la réponse médicale.

Dans le contexte actuel de confinement imposé par les Autorités pour entraver la contagiosité, la téléconsultation apparaît en effet pour certains médecins, comme une alternative, afin de limiter les risques de contagion médecin –patient et des patients entre eux.

  • Comment ça devait se passer concrètement ?

La téléconsultation se passe via une visioconférence entre le médecin et son patient, en fait cette relation virtuelle via webcam, n’est pas choisie par hasard. Elle aide à interpréter certains symptômes visuellement, et à demander au patient de réaliser des mouvements ou des auto-mesures (glycémie, tension artérielle, température…) utiles au diagnostic, dans certains cas.

Il y a aussi d’autres aspects, à la téléconsultation, tels que : Les télé soins à domicile (telehomecare) qui consistent à transmettre à distance des informations physiologiques aux fins de contrôle et de suivi. Les télé soins à domicile sont particulièrement utiles aux patients souffrant de maladies chroniques. Elles consistent néanmoins  à équiper le domicile des malades  d’appareils et qu’on leur apprend à s’en servir (dialyse péritonéale par exemple).

Au Maroc, l’expérience pilote lancée en 2019, était par ailleurs encourageante.  Durant cette expérience,  des médecins basés à Casablanca ont procédé à des téléconsultations avec des personnes en milieu rural enclavé, dans des conditions similaires à celle de consultation normale, en faisant usage des dispositifs médicaux connectés tels que (tensiométre , ECG, dermatoscope, glycomètre….). Actuellement la télémédecine est bien opérationnelle dans la région de l’oriental.

  • Est-ce possible de généraliser ce type de consultations au Maroc sachant que cela suscite une certaine inquiétude en milieu médical ?

Personnellement, j’ai effectué plusieurs recherches et j’ai publié des articles sur l’impact de la technologie et de l’intelligence artificielle sur la médecine du future, et je trouve que le digital,  pourrait métamorphoser l’exercice de la médecine, notamment la médecine de ville. Prenant l’exemple de la téléconsultation, elle présente en effet plusieurs avantages. Elle permet d’abord une flexibilité organisationnelle et une adaptation à l’emploi du temps de chacun ainsi que le développement des soins à domicile, pour améliorer le suivi des patients et prévenir les complications facilement évitables , surtout avec le développement de l’internet des objets. La téléconsultation permet aussi  de limiter les déplacements (notamment pour les patients âgés, atteints de maladies chroniques ou handicapés), ou porteurs de maladies contagieuses (covid-19, tuberculose ..); facilite  l’accès aux soins et à l’information médicale dans les zones d’accès difficile,  raccourcit les délais d’attente et facilite l’échange d’expertise et du savoir-faire entre les médecins de différentes spécialités. Ce type de consultation permet surtout d’éviter des dépense inutiles pour le citoyen, pour la communauté et surtout pour l’assurance maladie surtout lorsque la téléconsultation sera remboursables par l’Assurance maladie à l’instar des autres pays notamment la France.

  • Est-ce que la téléconsultation risque de toucher la qualité des soins et aussi compliquer la relation médecin-patient qui deviendra virtuelle ?

Evidemment, la téléconsultation ne pourra jamais remplacer la visite médicale en cabinet, la profondeur du contact physique médecin –malade, ni la pertinence d’un examen clinique classique, surtout dans certaines spécialités (ORL, ophtalmologie …), néanmoins elle permettra certainement de diagnostiquer les problèmes mineurs et éviter les déplacements inutiles aux urgences, et de mieux assurer le suivi des malades chroniques et des malades contagieux. Ceci étant, il est important de mettre en place un certain nombre de prérequis, et de garde-fou  afin de sécuriser le circuit de l’information médicale et la confidentialité de l’échange.

Propos recueillis par R.Bami

 

 

- Advertisement -
À lire aussi
- Advertisement -
commentaires
Loading...