Saha.ma

SARS-CoV2: Pour l’OMS, les asymptomatiques ne transmettent pas le virus. Incroyable!

L’Organisation Mondiale de la Santé surprend encore une fois le monde en faisant une annonce le moins  que l’on puisse dire incroyable !!

Lors de son point presse du 8 juin, l’OMS a affirmé que les personnes asymptomatiques ou porteurs sains transmettaient “rarement” le SARS-CoV-2. La personne par qui cette surprenante annonce est arrivée n’est que Dr. Maria Van Kerkhove épidémiologiste américaine, chef de l’Unité des maladies émergentes et des zoonoses de l’OMS. « D’après les données dont nous disposons, il semble rare qu’une personne asymptomatique transmette la maladie à un autre individu », a-t-elle déclaré, précisant que des recherches complémentaires restaient toutefois nécessaires et d’ajouter : « Nous avons plusieurs retours de pays qui effectuent un traçage très précis. Ils suivent les cas asymptomatiques et leurs contacts, et n’ont pas observé de transmission secondaire. C’est très rare ».

L’observation de ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui, déjà au début du mois d’avril Michael Ryan directeur exécutif du Programme de gestion des urgences sanitaires de l’OMS, déclare lors d’un briefing à Genève : « Il existe une possibilité de transmission du nouveau coronavirus par voie aérienne et par des porteurs asymptomatiques, mais la plupart des contaminations proviennent de personnes qui présentent des symptômes » tout en se référant à une étude réalisée à Singapour, selon laquelle environ 6% des contagions proviennent de personnes asymptomatiques. « ….. il est clair que 94% des contaminations proviennent de personnes symptomatiques. Il faut donc chercher ce qui est le propulseur de cette épidémie », a-t-il indiqué, estimant que ce sont la toux, les éternuements et les surfaces infectées qui font se propager la pandémie.

A l’époque, il semble que cette information d’une importance cruciale soit passée inaperçue !. Si elle avait été vérifiée et confirmée par l’OMS, cela aurait changé profondément la donne en terme d’élaboration de stratégie anti-pandémique par les pays affectés. Ceci remet en question le fait que la maladie serait difficile à contenir à cause des cas asymptomatiques, et recentre la priorité d’isolation aux cas présentant des symptômes.

La supposée faible transmission par les cas asymptomatiques pourrait avoir un impact sur les stratégies pour limiter la propagation du SARS-CoV2. “Ce sur quoi nous devons nous concentrer, c’est suivre les cas symptomatiques. Si nous suivions vraiment tous les cas symptomatiques, les isolions, suivions les personnes en contact pour les mettre en quarantaine, nous réduirions considérablement l’épidémie”, conclut Maria Van Kerkhove.

Les pays membres de l’OMS prendront-il en compte cette nouvelle donne et repenser pour autant leur stratégie anti-SARS-CoV2 ?

Tout pense à croire le contraire, l’OMS s’est montrée défaillante à mainte reprises dans sa gestion de la pandémie, et la communauté internationale n’est certainement pas prête à prendre des risques.

Dr. Issam BADREDDINE

Biologiste, Expert en Développement Durable

À lire aussi
commentaires
Loading...